BNP AM

Le blog officiel de BNP Paribas Asset Management

Les actions chinoises à la conquête des indices mondiaux

Les actions A cotées sur les bourses de Chine continentale vont être davantage intégrées dans les grands indices de référence fournis par MSCI. En plus d’un afflux de capitaux à court terme, cette décision devrait favoriser une plus grande ouverture des marchés chinois.

Les actions A cotées sur les bourses de Chine continentale vont être davantage intégrées dans les grands indices de référence fournis par MSCI. En plus d’un afflux de capitaux à court terme, cette décision devrait favoriser une plus grande ouverture des marchés chinois.

  • Augmentation du facteur d’inclusion des actions chinoises à partir de mai
  • Plus grande participation des investisseurs institutionnels
  • Un soutien à court et à long terme pour le marché chinois.

Les actions chinoises dites de « classe A » sont des valeurs libellées en renminbis (RMB) cotées sur les bourses de Shanghai et de Shenzhen. La capitalisation totale de ces deux places de Chine continentale est de 7 000 milliards de dollars. La mise en place du Hong Kong-Shenzen Stock Connect[1] en 2016 et une première inclusion dans les indices boursiers internationaux en mai 2018 (230 valeurs) ont facilité l’accès des investisseurs non-résidents mais les actions A restent très largement traitées par les résidents chinois.

Le 28 février, MSCI a annoncé que le facteur d’inclusion[2] des actions chinoises A dans les indices boursiers mondiaux allait augmenter pour passer, en trois étapes, de 5 % actuellement à 20 %. Le premier mouvement interviendra en mai, à l’occasion de la révision semi-annuelle des indices. En conséquence, la pondération des actions chinoises A devrait passer de 0,7 % à l’heure actuelle à 3,3 % en novembre 2019 avec 421 actions (grandes et moyennes capitalisations) dont un petit nombre de valeurs cotées au ChiNext, le « Nasdaq de Shenzhen ».

Les actions chinoises à la conquête des indices mondiaux

D’après les estimations, cette décision devrait se traduire par un afflux de capitaux vers les actions A de l’ordre de 56 milliards de dollars. Les statistiques fournies par Northbound Stock Connect (le « canal nord » qui permet aux non-résidents d’investir en actions A) montrent des transactions de 121 milliards de RMB en deux mois (janvier et février 2019) contre 294 milliards pour l’ensemble de 2018.

Le comportement des indices Shanghai A et Shanghai Shenzhen CSI 300 depuis le début de l’année semble refléter ce phénomène. La hausse brutale des indices (+28 % entre fin 2018 et le 6 mars 2019 pour le CSI 300) peut toutefois entraîner à court terme un plus grand contrôle des autorités chinoises pour limiter le mouvement dans la mesure où l’éclatement d’une bulle à l’été 2015 avait fortement pénalisé les petits porteurs très actifs sur les actions A.

Les actions chinoises à la conquête des indices mondiaux

La décision de MSCI résulte d’une vaste consultation auprès de ses grands clients et vient valider la libéralisation du marché chinois opérée ces dernières années. Notons toutefois que l’inclusion totale reste un objectif lointain. Il a fallu 9 ans à Taiwan et six ans environ à la Corée du Sud pour arriver à une inclusion totale à partir de leur première participation aux indices internationaux.

Il reste que les conséquences de cette décision devraient être positives à court terme (avec l’afflux de capitaux) et à plus long terme en renforçant la part des investisseurs institutionnels sur les actions A. Celle-ci pourrait atteindre 10 % du flottant. Cette présence accrue est en effet garante d’une plus grande stabilité que lorsque les titres sont détenus en direct par des particuliers et d’une plus grande exigence en matière de transparence et de gouvernance.

Depuis quelques années, les autorités chinoises ont témoigné de leur volonté d’internationaliser davantage leur économie et les marchés financiers. L’intégration du RMB dans le panier du droit de tirage spécial (DTS) du FMI en octobre 2016 a constitué une étape importante aux yeux de tous pour l’accès du renminbi au rang des grandes devises et la reconnaissance des « progrès accomplis par la Chine dans la réforme de ses systèmes monétaire, de change et financier, ainsi que dans la libéralisation et l’amélioration de l’infrastructure de ses marchés financiers » comme l’a indiqué Christine Lagarde, Directrice générale du FMI.

L’ouverture plus large des marchés boursiers chinois avec une meilleure accessibilité des actions de Chine continentale sera vraisemblablement la prochaine étape.


[1] Stock Connect est un programme de négociation et de compensation de titres développé par Hong Kong Exchanges and Clearing Limited, Shanghai Stock Exchange et China Securities Depository and Clearing Corporation Limited dans l’objectif de permettre un accès réciproque aux Bourses de valeurs de la (république Populaire de Chine) RPC et de Hong Kong.

[2] Le facteur d’inclusion désigne de la part de la capitalisation d’une place boursière prise en compte dans les indices MSCI.


Pour plus d'articles sur la Chine, cliquez ici >

Sur le même thème

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

Un tour d'horizon des principales tendances économiques de la semaine.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide
Veuillez cocher la case ci-dessous pour vous abonner