BNP AM

Le blog officiel de BNP Paribas Asset Management

Chine: la fin de la hausse du Renminbi est-elle temporaire?

Le renminbi a fortement rebondi après ma prévision du 22 mai 2017 en ce sens.

Le renminbi a fortement rebondi après ma prévision du 22 mai 2017 en ce sens.

Cette vive appréciation semble avoir pris au dépourvu la Banque populaire de Chine (PBoC). Après être en effet parvenue, avec beaucoup de difficultés, à chasser l’idée que le renminbi ne pouvait que baisser, la PBoC n’avait vraiment pas besoin d’une telle vague d’enthousiasme sur la capacité de la monnaie à s’apprécier.

Par conséquent, pour s’assurer que la dynamique actuelle de la monnaie n’entraîne pas d’appréciation excessive et conserver ainsi la stabilité macroéconomique globale du système chinois, la PBoC est intervenue pour tempérer la pression haussière du renminbi.

Le 8 septembre 2017, la PBoC a donc annoncé qu’elle :

(i) supprimerait l’exigence de réserve de capital de 20 % pour les institutions financières onshore lors de l’achat de contrats forward sur devises étrangères pour leurs clients (la règle était entrée en vigueur le 15 octobre 2015 pour réduire les fuites de capitaux), et ;

(ii) supprimerait l’exigence de réserve pour les dépôts interbancaires en renminbis détenus dans le pays par des banques offshore (la règle était entrée en vigueur le 15 juillet 2016 pour dissuader la vente à découvert offshore du renminbi à l’aide de fonds onshore).

Ces mesures permettent d’atténuer partiellement la dynamique haussière du renminbi, car elles réduisent les frais de couverture (et de vente à découvert) de la devise. Cependant, l’intervention de la PBoC n’entame fondamentalement en rien l’optimisme envers le renminbi, tout comme ces règles n’avaient en rien stoppé les pressions baissières sur la monnaie lors de leur entrée en vigueur (cf. graphique 1).

Graphique 1 : fluctuations de la parité renminbi/dollar US (renminbi par dollar US) entre le 10/08/15 et le 13/09/17

renminbiSource : CEIC, BNP Paribas Asset Management (Asia), données au 13/09/2017

La récente vigueur du renminbi (cf. graphique 4 ci-après) découle de :

  1. La faiblesse du dollar américain en 2017
  2. L’amélioration de la confiance à l’égard de la Chine à la suite de la diminution des fuites de capitaux et de la disparition des craintes d’atterrissage brutal de l’économie face à l’amélioration de la conjoncture (ex. les usines chinoises surperforment à nouveau en août alors que les commandes à l’exportation se sont multipliées à une vitesse inégalée depuis plus de sept ans, selon l’indice des directeurs d’achat du secteur manufacturier Caixin-Markit publié le 01/09/17).
  3. L’introduction de certaines actions A dans les indices des marchés émergents mondiaux de MSCI
  4. La vente de devises étrangères détenues par des entreprises onshore (graphique 2) à la suite de l’éloignement des craintes d’une tendance unilatérale du renminbi à la dépréciation.

Graphique 2 : les entreprises chinoises onshore ont tendance à réduire leurs réserves de devises étrangères - le graphique montre la variation du ratio d’entreprises chinoises onshore qui liquident leurs positions en devises étrangères par rapport à l’achat de devises étrangères

renminbiSource : CEIC, BNP Paribas Asset Management (Asie), données au 13/09/2017

D’un point de vue politique, cette vigueur de la monnaie résulte du changement de politique de la PBoC en matière de change depuis juillet, afin de maintenir la stabilité du taux de change du renminbi offshore (CNY) pondéré par les échanges commerciaux (représenté approximativement par l’indice CFETS) à l’aide du taux croisé CNY-USD comme facteur d’ajustement* (c.-à-d. lorsque l’indice CFETS fléchit, la PBoC laisse le renminbi remonter face à l’USD pour tirer vers le haut le taux de change pondéré par les échanges commerciaux de sorte à assurer la stabilité de l’indice CFETS. Inversement, lorsque le CFETS remonte, la PBoC laisse le renminbi se déprécier face à l’USD afin d’abaisser le taux de change pondéré des échanges commerciaux et que le CFETS reste stable).

À la suite du changement dans la politique de change, le recul de l’indice CFETS au premier semestre 2017 a poussé la PBoC à laisser le renminbi s’envoler face au dollar US depuis le mois de juillet dans le but de contrer la faiblesse de l’indice CFETS, générant ainsi un gain de 3 % jusqu’à mi-septembre (graphique 3).

Graphique 3 : taux de change pondéré des échanges commerciaux (CFETS) face à la parité renminbi offshore (CNY)-dollar américain (USD)

renminbiSource : CEIC, BNP Paribas Asset Management (Asie), données au 13/09/2017

Un facteur politique à court terme est aussi à prendre en considération. Pour préparer la visite du président américain Donald Trump en novembre 2017, Beijing pourrait autoriser une appréciation du renminbi face au dollar US afin d’apaiser les tensions potentielles que Trump pourrait amener à la table des négociations commerciales entre les deux nations.

La suite dépendra de l’évolution du dollar US et de la politique de change de la PBoC. Depuis l’annonce de cette dernière le 8 septembre, le renminbi a perdu du terrain face à un dollar US en hausse. Cependant, si celui-ci revenait à une tendance baissière, l’indice CFETS faiblirait à nouveau ceteris paribus. Et si la PBoC respecte sa politique de change pour assurer la stabilité de l’indice CFETS, elle laissera le renminbi s’apprécier à nouveau face au dollar US. Pour l’instant, le marché prévoit que la PBoC assure la stabilité du CFETS au niveau actuel (environ 95), ce qui implique un renforcement plus prononcé du renminbi prochainement.

Toutefois, si le renminbi s’apprécie ou se déprécie trop vite et trop fort, la PBoC interviendra probablement sur le marché des changes pour ralentir le mouvement et assurer une certaine stabilité.

Jusqu'à présent, rien ne prouve une quelconque intervention directe sur le marché des changes. Cependant, la décision de la PBoC de revenir, le 8 septembre dernier, sur ses exigences de réserve pour les institutions financières qui souhaitent acheter des devises étrangères a certainement influencé le fléchissement du renminbi à court terme en réduisant le coût d’achat des devises étrangères. Ces changements politiques ne changent bien entendu pas forcément le sentiment sous-jacent du marché envers la devise. Ils reflètent plutôt le regain de confiance des autorités chinoises dans les perspectives du renminbi et ses efforts à poursuivre la libéralisation du marché lorsque le contexte le permet.

Enfin, le marché estime que les entreprises onshore détiennent pas moins de 500 milliards de dollars US à la suite de leur accumulation de devises étrangères entre 2015 et 2016, au moment où elles craignaient une forte dépréciation du renminbi.

Ces craintes sont à présent passées et elles commencent à alléger leurs réserves de devises étrangères. Cette dynamique soutiendra le renminbi pendant un bon moment, en particulier si certains événements favorisent le rétablissement de la confiance envers le renminbi.

Graphique 4 : vision globale autour du renminbi - le rebond du renminbi cette année a permis d’essuyer les pertes de 2016 - le graphique montre les fluctuations de la parité dollar US/renminbi entre le 27/03/2015 et le 25/09/2017

renminbiSource : Bloomberg, BNP Paribas Asset Management, données au 13/09/2017


Rédigé le 25/09/2017

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer aussi bien à la hausse qu’à la baisse et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas leur mise initiale.

Investir sur les marchés émergents ou sur des segments de marché spécialisés ou restreints peut présenter une volatilité supérieure à la moyenne en raison de la forte concentration de leurs positions, d’un degré d’incertitude plus élevé reflétant le manque d’informations disponibles, de leur liquidité plus faible ou de leur sensibilité plus grande à l’évolution du contexte de marché (social, politique et économique).

Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la plupart des marchés développés internationaux. Par conséquent, les services de transaction, de liquidation et de conservation du portefeuille utilisé pour le compte de fonds investis dans les marchés émergents peuvent comporter un risque plus élevé.

Sur le même thème

Weekly insights, straight to your inbox

A round-up of this week's key economic and market trends, and insights on what to expect going forward.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide
Please check the boxes below to subscribe