BNP AM

Le blog officiel de BNP Paribas Asset Management

Les craintes concernant le renminbi se ravivent – restons calmes et continuons !

Les préoccupations ambiantes pourraient assombrir le sentiment à l’égard du renminbi, mais elles ne doivent pas faire conclure à une politique de dévaluation – qui n’existe pas en fait – ni occulter les facteurs de soutien.

Les préoccupations ambiantes pourraient assombrir le sentiment à l’égard du renminbi, mais elles ne doivent pas faire conclure à une politique de dévaluation – qui n’existe pas en fait – ni occulter les facteurs de soutien.


Deux mois peuvent faire une grande différence. Le renminbi s’est apprécié de plus de 3 % face au dollar américain de fin 2018 à mars 2019, mais de nombreuses personnes semblent l’avoir complètement oublié aujourd’hui, se focalisant plutôt sur sa faiblesse. À l’heure d’écrire ces lignes (le 23 mai 2019), la devise chinoise se négocie à 6,9063 pour 1 USD, soit une baisse de 0,7 % depuis le début de l’année.

Les acteurs du marché parient de nouveau que le renminbi franchira la barre des 7 CNY pour 1 USD, car le risque de guerre commerciale s’intensifie, le marché s’inquiète d’un ralentissement de la forte croissance chinoise et selon la rumeur Beijing pourrait renforcer ses mesures d’assouplissement.

Une hypothèse persistante est que la banque centrale chinoise défendrait la parité de 7 CNY/USD en puisant dans ses réserves pour intervenir, mais, comme je l’ai déjà indiqué, la Banque populaire de Chine (BPC) ne voit pas dans le seuil de 7 CNY une limite à ne pas dépasser1.

Je n’ai pas changé d’avis sur la politique de la BPC en matière de devise2:

  • La BPC tolère davantage la faiblesse du renminbi et sa volatilité accrue dans les deux sens
  • Elle interviendra, mais uniquement pour atténuer les pressions baissières s’exerçant sur le renminbi quand les forces du marché seront défavorables.

Mesures prises pour freiner la chute du renminbi  

En effet, mon estimation du facteur contracyclique utilisé par la BPC pour fixer le cours du renminbi montre que la banque centrale est intervenue pour freiner la dépréciation (voir graphique 1). C’est une solide preuve de l’absence de politique de dévaluation, puisque sinon le facteur contracyclique aurait affiché des valeurs largement positives sur le graphique3.

À l’évidence, Beijing ne mène pas de politique de dévaluation principalement parce que cela risquerait de provoquer des sorties massives de capitaux, de saper la confiance des investisseurs, de réduire fortement les liquidités dans l’économie et de nuire à la croissance du PIB.

Les craintes concernant le renminbi se ravivent – restons calmes et continuons !On peut dire que la stabilité du renminbi est liée à la stabilité de la croissance du PIB. Toutefois, assurer la stabilité du renminbi n’implique pas que la BPC vise un certain taux de change USD/CNY, comme les intervenants du marché l’ont supposé à maintes reprises. La volatilité du renminbi s’est considérablement accrue dans les deux sens depuis 2016, signe des réformes menées pour conférer une plus grande flexibilité à la monnaie chinoise. Cela signifie que la BPC n’utiliserait pas ses réserves de change pour défendre un niveau particulier de taux de change.

Un nouvel affaiblissement est possible à court terme, mais une remontée l’est tout autant

L’intensification du risque de guerre commerciale et un nouvel assouplissement de la politique suggèrent qu’il existe une forte probabilité pour que la parité USD/CNY franchisse le seuil des 7 CNY dans un futur proche.

À ce stade, cependant, je ne modifie pas ma prévision d’un renminbi à 6,65 pour 1 USD à la fin de l’année, car les négociations commerciales sont extrêmement houleuses. Le renminbi peut perdre 3 % face au dollar américain en seulement quelques jours si les négociations commerciales tournent mal, mais il peut aussi bien rebondir d’autant, voire plus, si elles s’avèrent fructueuses. Le sentiment du marché peut changer en un clin d’œil.

N’oublions pas non plus que le renminbi reste soutenu par l’excédent de la balance courante chinoise4, qui pourrait même s’accroître cette année selon moi, même si le consensus du marché prévoit un déficit. En outre, le fait que les fournisseurs d’indices actions et obligations internationaux aient introduit des actifs chinois dans leurs indices de référence génère des opérations de portefeuille entraînant des entrées de capitaux qui devraient également soutenir la devise.

On pourrait donc assister à un affaiblissement du renminbi à, disons, 7,1 CNY/USD, soit une baisse de 2,8 % par rapport au niveau actuel, dans les semaines à venir en cas de durcissement des négociations commerciales. Nous maintenons notre scénario de base, selon lequel ces prochains mois verront un accord permettant de réinstaurer une « trêve commerciale », si bien que le sentiment négatif à l’égard du renminbi et les pressions s’exerçant sur le taux de change s’inverseront.

---

1 La parité dollar/renminbi risque de franchir le seuil de 7. Et alors ?

2 La perception d’une guerre des devises peut forcer une trêve de guerre commerciale

3 Chi Time : « La Chine s’oriente-t-elle vers une dévaluation du yuan ? » ; juillet 2018

4 « Chi on China: The fuss about China’s current account deficit and global cost of capital » ; avril 2019


Pour plus d’articles de Chi Lo, cliquez ici > Pour de plus sur les marchés émergents, cliquez ici > Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

Sur le même thème

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

Un tour d'horizon des principales tendances économiques de la semaine.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide
Veuillez cocher la case ci-dessous pour vous abonner