BNP AM

Le blog officiel de BNP Paribas Asset Management

Impact du recul de l’âge légal du départ à la retraite sur votre épargne

Une tendance générale

Il y a depuis ces dernières années une propension dans les pays de l’OCDE à reculer l’âge légal de départ à la retraite. Avec un âge légal de départ à la retraite fixé à 62 ans, la France est classée presque au dernier rang des pays de l’OCDE dans ce domaine. En revanche, c’est l’un  des thèmes au coeur de la campagne présidentielle 2017. Un certain nombre de pays ont les 67 ans en ligne de mire, à l’instar de l’Allemagne.

Une tendance générale

Il y a depuis ces dernières années une propension dans les pays de l’OCDE à reculer l’âge légal de départ à la retraite. Avec un âge légal de départ à la retraite fixé à 62 ans, la France est classée presque au dernier rang des pays de l’OCDE dans ce domaine. En revanche, c’est l’un  des thèmes au coeur de la campagne présidentielle 2017. Un certain nombre de pays ont les 67 ans en ligne de mire, à l’instar de l’Allemagne.

Graphique 1 : âge de la retraite actuel et futur pour un homme entrant sur le marché du travail à l'âge de 20 ans

Source : BNP Paribas Investment Parters, décembre 2016

L’augmentation de la longévité : principale raison de cet allongement

L’augmentation significative de la longévité depuis une cinquantaine d’années explique en grande partie ce phénomène.

Graphique 2 : Espérance de vie à la naissance, 1970 et 2011 (ou année la plus proche)

Source : Statistiques de l'OCDE sur la santé 2013, Banque mondiale pour les pays non membres de l'OCDE

Comment financer cet allongement de la durée de vie passée à la retraite ? Les États des pays occidentaux n’ont jamais été aussi endettés et leur priorité est la réduction des déficits publics. Les systèmes de retraite par répartition ont été mis à mal par un effet de ciseaux : une hausse des prestations du fait de l’augmentation du nombre de retraités; une baisse des cotisations due notamment à l’augmentation du chômage ; le ratio actifs cotisants/retraités ne cessant de diminuer.

L’augmentation de l’âge légal du départ à la retraite a donc été la variable d’ajustement la plus largement utilisée ces dernières années pour tenter de sauver les régimes de retraites.

Les seniors doivent donc travailler plus longtemps, mais en ont-ils la possibilité ?

Conséquence directe de ce changement, les seniors doivent pouvoir travailler plus longtemps. Est-ce toujours réalisable ? Cela dépend notamment du taux d’emploi des seniors.

Graphique 3 : Taux d’emploi des 55-64 ans, pays de l’OCDE, 2007 et 2012

Source: BNP Paribas Asset Management, décembre 2016

Graphique 4 : Taux d’emploi des 65-69 ans, pays de l’OCDE, 2007 et 2012

Source: BNP Paribas Asset Management, décembre 2016

La tendance est certes à l’augmentation de l’emploi des seniors, mais il existe une forte disparité entre les pays de l’OCDE et on est encore loin du plein emploi.

La France se situe dans le bas du classement du taux d’emploi des plus de 60 ans. Même si l’emploi des seniors a légèrement progressé en France, comme dans presque tous les pays de l’OCDE durant la crise, le taux d’emploi des seniors (55-64 ans) reste en dessous des moyennes internationales : en 2012, 44,5 % des seniors français étaient en activité, contre 48 % en moyenne pour l’Europe et 54 % en moyenne pour les pays de l’OCDE.

En Allemagne, si la tranche d’âge 60 ans est active à près de 70 %, ce taux descend à un peu moins de 20 % chez les 65 ans et 10 % chez les 69 ans. Ces taux sont parmi les plus élevés en Europe, après ceux des pays d’Europe du Nord qui peuvent avoisiner les 20 % pour la tranche d’âge des 65-69 ans.

Dans l’ensemble, le recul de l’âge de départ à la retraite s’est soldé en moyenne par une augmentation significative du chômage des seniors, comme l’illustre le Conseil d’Orientation des Retraites dans son «point sur la situation de l’emploi des seniors en Europe » de mars 2016.

Impacts financiers de l’augmentation de l’âge légal de départ à la retraite

D’un point de vue de la gestion des systèmes de retraite, le recul de l’âge légal du départ à la retraite permet de faire reculer les déficits du premier pilier et parfois du deuxième, comme en France, lorsqu‘il se déclenche en même temps.

Au niveau individuel, il faut scinder l’impact en fonction des différentes générations :

Pour les jeunes actifs : le système de retraite sera plus équilibré et ils auront plus de temps pour constituer leur épargne retraite complémentaire, sachant que le plus tôt est le mieux pour commencer à épargner.

Les seniors, eux, dans l’état actuel de leur taux d’emploi, voient le risque augmenté d’une inactivité non rémunérée en fin de carrière. Pour pallier ce risque, c’est-à-dire financer cette possible période d’inactivité, les seniors doivent donc augmenter le montant de leur épargne retraite.


Achevé de rédiger décembre 2016

Sur le même thème

Weekly insights, straight to your inbox

A round-up of this week's key economic and market trends, and insights on what to expect going forward.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide
Please check the boxes below to subscribe