BNP AM

Le blog officiel de BNP Paribas Asset Management

L’hydrogène vert : investir dans le « couteau suisse de la décarbonation »

On peut voir dans l'hydrogène la réponse au défi de la neutralité carbone, pour autant qu'il puisse être produit sans émettre de CO2 (autrement dit, qu’il soit vert). Ses caractéristiques lui ont valu le surnom de « couteau suisse de la décarbonation »[1] en référence à ses rôles de carburant pour les poids lourds ou les cargos, de générateur d’électricité ou encore de moyen de stockage de l'énergie.  

Rien de surprenant donc à ce qu’il figure dans les plans des États pour atteindre des émissions nettes nulles grâce, notamment, à sa capacité à réduire les émissions carbone des secteurs à forte intensité énergétique et « difficiles à décarboner », comme l'acier ou le transport maritime.

L’UE a attribué à l'hydrogène un rôle central dans le cadre de son « Pacte vert » visant à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050 [2]. Selon les experts, l'hydrogène sera au cœur de la transition énergétique.

Invoquant le besoin d’une électricité et de carburants propres, le gouvernement américain estime que l'hydrogène peut contribuer à une croissance économique durable à long terme. Dans le cadre de sa stratégie baptisée Hydrogen Program Plan, il s'est engagé à développer les technologies capables de faciliter une transition vers l'hydrogène aux États-Unis. L’administration Biden veut doubler voire quadrupler la production et diviser par deux ou trois les coûts de l'hydrogène vert.

Dans son dernier plan quinquennal, la Chine a fait de ce gaz l'une de ses « six industries du futur », indiquant vouloir investir massivement dans l'innovation et le développement de l'hydrogène. Premier émetteur mondial de gaz à effet de serre [3], la Chine s'est fixée pour objectif d'atteindre un pic d’émissions de CO2 avant 2030 et de parvenir à la neutralité carbone d'ici 2060. 

L'un des défis est de décarboner la production d'hydrogène. Cela impliquera de passer de l'hydrogène issu du gaz naturel (l’hydrogène gris) à l'hydrogène à faible teneur en carbone (l’hydrogène bleu, avec captage et stockage du CO2  émis lors de la production) et, enfin, à l'hydrogène vert (propre). Ce dernier repose sur l’exploitation de sources d'énergie renouvelables, telles que l'énergie éolienne et solaire (cf. infographie ci-dessous).

Autre défi de taille, comment augmenter à moindre coût la production, le transport et la consommation ? Pour cela, il faudra atteindre un niveau suffisant de production d'énergies renouvelables, assurer un stockage à long terme et à grande échelle de ces énergies et mettre en place des infrastructures de distribution, par exemple en installant des stations de ravitaillement en hydrogène le long des autoroutes.

Consultez notre infographie pour découvrir pourquoi l'hydrogène vert est important et pourquoi les investisseurs devraient s'y intéresser

[1] Source : Julio Friedmann, chercheur au Center on Global Energy Policy de l'université Columbia, dans l’article Biden administration and industry alike see hydrogen as 'Swiss Army knife' for eliminating emissions  

[2] Voir également « À la une : L’hydrogène - moteur de la révolution verte sur https://ec.europa.eu/info/news/focus-hydrogen-driving-green-revolution-2021-abr-14_fr  

[3] Voir aussi China's hydrogen roadmap: 4 things to know on https://asia.nikkei.com/Spotlight/Caixin/China-s-hydrogen-roadmap-4-things-to-know 

Lecture complémentaire :

Quelles technologies pour parvenir à la neutralité carbone ?


Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication, sont basées sur les informations disponibles et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Chaque équipe de gestion de portefeuille peut avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Les opinions exprimées dans ce podcast ne représentent en aucun cas un conseil d’investissement.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent aussi bien diminuer qu’augmenter et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas leur mise de fonds initiale. Les performances passées ne sont pas une indication fiable des performances futures.

L’investissement dans les marchés émergents, ou dans des secteurs spécialisés ou restreints, est susceptible d’être soumis à une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un degré élevé de concentration, d’une plus grande incertitude parce que moins d’informations sont disponibles, qu’il y a moins de liquidité ou en raison d’une plus grande sensibilité aux changements des conditions du marché (conditions sociales, politiques et économiques).

Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la majorité des marchés internationaux développés. C’est pourquoi les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis dans les marchés émergents peuvent présenter un risque plus important.

Sur le même thème

Weekly insights, straight to your inbox

A round-up of this week's key economic and market trends, and insights on what to expect going forward.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide
Please check the boxes below to subscribe