BNP AM

Le blog officiel de BNP Paribas Asset Management

Perspectives du marché des petites capitalisations américaines

Depuis la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles américaines et du Parti républicain qui conserve le contrôle du Congrès, les perspectives des actions américaines ont fortement changé. Notre analyse des éventuelles retombées des élections américaines a, elle aussi, évolué depuis novembre 2016. En tant qu’investisseurs, nous devons souvent prendre des décisions sur la base d’informations lacunaires.

Depuis la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles américaines et du Parti républicain qui conserve le contrôle du Congrès, les perspectives des actions américaines ont fortement changé. Notre analyse des éventuelles retombées des élections américaines a, elle aussi, évolué depuis novembre 2016. En tant qu’investisseurs, nous devons souvent prendre des décisions sur la base d’informations lacunaires.

Dans ce contexte, nous avons estimé l’agenda de Washington le plus probable, identifié les principaux scénarios anticipés par les marchés ainsi que les sources d’opportunité au cas où les marchés … se tromperaient.

Nous pensons que 2017 sera une année de transition. Depuis la crise du crédit, l’économie américaine a repris des couleurs lentement mais sûrement. Nous prévoyons donc une croissance plus robuste et une inflation plus élevée après quelques années de reprise modérée. Les actions ont en effet été dopées par une politique monétaire accommodante qui a précipité les taux d’intérêt à un niveau historiquement bas. La Fed a commencé son cycle de relèvement des taux directeurs. Il est globalement entendu que le président élu, Donald Trump, et le Congrès républicain se concentreront sur des initiatives favorables à la croissance. Les actions américaines ont rebondi à l’annonce de ces déclarations pourtant encore floues, ce qui rend les prévisions particulièrement difficiles. Dès lors, les investisseurs recherchent des informations plus précises sur les politiques de réforme fiscale, le futur système de santé et l’ordre de priorité des dépenses.

Selon nous, un programme pro-croissance devrait inclure :

  • une réduction d’impôts des plus grandes entreprises à 20 % ;
  • un allégement significatif de la réglementation applicable aux entreprises ;
  • le rapatriement des bénéfices des entreprises à l’étranger à un taux d’imposition durablement plus faible (c.-à-d. pas uniquement une mesure temporaire) ;
  • un vaste programme d’infrastructure, potentiellement financé par l’envolée initiale des revenus des entreprises rapatriés dans le cadre du plan de rapatriement ;
  • une baisse des taux d'imposition sur les revenus des personnes physiques ;
  • le creusement du déficit.

Quelles pourraient être les répercussions du programme des Républicains pour les investisseurs en petites capitalisations américaines ?

À l’heure actuelle, les investisseurs voient d’un œil enthousiaste le début de l’ère Trump. Et cela n’a rien de surprenant : de nombreuses priorités économiques de Trump figurent tout en haut des demandes des entreprises, notamment la déréglementation et les réductions d'impôt. Si on y ajoute les décrets présidentiels récents sur le développement de deux projets de pipeline et son vaste programme de renouvellement des infrastructures, vous comprendrez pourquoi les investisseurs envisagent l’avenir avec optimisme.

Toutes les pièces semblent donc en place pour une politique favorable au tissu économique et à la hausse des bénéfices des entreprises. N’oublions pas que ce dernier point est l’un des objectifs prioritaires des investisseurs. En effet, nous savons que ce sont les bénéfices– et non la santé générale de l’économie –, et donc le taux de croissance et la rentabilité future des entreprises, qui font grimper le cours des actions. Le consensus prévoit que l’administration Trump devrait créer de nouvelles opportunités bénéficiaires.

Néanmoins, la politique de Trump s’accompagne d’un degré d’incertitude élevé. L’engagement continu du président américain récemment intronisé à ériger de nouvelles barrières commerciales, sa volonté de faire pression sur les entreprises et les conflits d'intérêt potentiels avec son empire pourraient avoir des conséquences économiques majeures.

Les entreprises de petite capitalisation : les grandes gagnantes sous l’ère Trump …

Nous avons déjà vu que les entreprises de petite capitalisation peuvent profiter du regain d’appétit pour le risque. En outre, les small caps bénéficient d’un plus grand levier opérationnel en raison de leurs moindres économies d’échelle.

Selon nous, les fusions-acquisitions devraient rester un thème majeur dans l’évaluation des petites capitalisations. L’année 2016 s’est révélée riche en fusions-acquisitions dans ce segment, comme l’indiquent les chiffres de valeur et de nombre de transactions de l’indice Russell 2000. Bien que la relance budgétaire et/ou les réductions d'impôts risquent de décourager les entreprises d’investir, nous pensons que la possibilité d’acquérir des technologies, des clients, des capacités ou d’accroître ses bénéfices restera un solide moteur de motivation.

Au vu des politiques commerciales inquiétantes de Trump, les valeurs tournées vers l’économie nationale devraient progresser plus fortement que les multinationales. Par ailleurs, la hausse du dollar favorisera les sociétés locales. En outre, les petites capitalisations sont plus corrélées à la croissance du PIB américain que les grandes capitalisations, de sorte que si celui-ci augmente (comme nous le prévoyons), les petites capitalisations en seront les grandes bénéficiaires. Notre vision du marché se concentre sur la sensibilité économique.

… probablement dans certains secteurs

Les valeurs industrielles et celles liées aux infrastructures devraient profiter de leur orientation nationale et de leur nature cyclique. Les valeurs financières ont rebondi après les élections dans l’anticipation d’un assouplissement des réglementations par l’administration Trump. Selon nous, la hausse des taux d’intérêt devrait stimuler les activités de prêt bancaire et les dépenses de consommation. La baisse des impôts sur le revenu pourrait encourager les dépenses des ménages et soutenir les actions liées à la consommation. Quant au secteur technologique, nous pensons qu’il profitera du rapatriement des capitaux d’entreprises et de l’intensification des fusions et acquisitions. Les entreprises peuvent aussi utiliser leurs capitaux pour racheter des actions et verser des dividendes, ce qui soutiendra la performance.

Au cours de l’année écoulée, la santé a été le secteur le moins performant sur le marché des actions américaines, en raison des incertitudes politiques sur les prix des médicaments, le ralentissement temporaire des approbations de médicaments et la suppression de la loi Obamacare. Cette sous-performance a enfoncé les valorisations à des niveaux historiquement intéressants. Il faudra peut-être plusieurs mois avant que ne se dessine plus clairement la politique de Trump mais nous pensons qu’en fin de compte, l’environnement politique sera plus favorable. Selon nous, les plus belles opportunités d’investissement se situent dans le secteur des biotechnologies : les craintes concernant le prix des médicaments nous semblent excessives et la dynamique d’innovation reste forte.

Enfin, nous anticipons le retour des facteurs idiosyncratiques dans la valorisation des actions : cette évolution devrait se traduire par une plus grande dispersion des performances, créant ainsi un contexte favorable aux gestionnaires d’actifs spécialisés dans la sélection d'actions. Les leaders du marché nous semblent plus dynamiques, ce qui signifie qu’une gestion active va implicitement de plus en plus de pair avec une sélection des valeurs.

Pour terminer, le rebond récent des petites capitalisations les a rendues plus chères à l’aulne historique, mais elles restent encore relativement bon marché par rapport à grandes capitalisations. Nous pensons donc que la croissance des bénéfices des small caps justifiera la hausse de leurs cours.

Sur le même thème

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

Un tour d'horizon des principales tendances économiques de la semaine.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide
Veuillez cocher la case ci-dessous pour vous abonner