BNP AM

Le blog officiel de BNP Paribas Asset Management

Stratégies environnementales – Une opportunité frappe à la porte !

Quels changements en l’espace d'à peine un mois ! Et avec quelle rapidité ! Pour les actions, 2020 a été le théâtre d’une des corrections les plus fortes et les plus rapides de toute l’histoire des marchés financiers, suivie par un rebond extraordinaire permis par l’abondance de liquidité fournie par les banques centrales et la relance budgétaire. Cette année, c’est le marché obligataire qui cristallise toute l’attention, avec l’envolée du rendement du T-note américain à 10 ans, passé de 0,90 % début janvier à 1,60 % ces derniers jours.

Les grandes questions qui se posent à nous sont désormais : (1) que se passe-t-il ensuite ? et (2) quelles sont les conséquences pour nos stratégies environnementales ?

Que se passe-t-il ensuite ?

Le 9 mars était le premier de trois jours d’adjudications sur le marché des bons du Trésor américain. Elles pourraient d’après nous faire office de « canari dans la mine » pour ce qui devrait finalement être une année de performance robuste pour les actions, et en particulier une poursuite de la manne financière pour les entreprises qui offrent des solutions environnementales.

Le Trésor américain procède à l’adjudication d’obligations à 3 ans, 10 ans et 30 ans. Celles-ci devraient venir satisfaire une solide demande de la part des investisseurs, stimulés par le repli récent du marché obligataire et la hausse simultanée des rendements.

En cas de succès, ces opérations pourraient contribuer à faire baisser significativement les taux longs. C’est d’ailleurs leur hausse qui est à l'origine du net recul de l'indice du Nasdaq (sensible à la croissance et aux taux d'intérêt) et des valeurs momentum ces dernières semaines. Le Nasdaq a démarré la semaine du 8 mars par une baisse de -2,4 %, portant son recul à plus de 10 % depuis le 12 février.

9 mars : Adjudication de 30 milliards USD de titres T-bills à 42 jours et 58 milliards USD d’obligations à 3 ans par le Trésor américain

10 mars : Adjudication de 38 milliards USD d’obligations à 10 ans par le Trésor américain

11 mars : Adjudication de 24 milliards USD d’obligations à 30 ans par le Trésor américain

Les banques centrales et les anticipations d'inflation

Les anticipations d'inflation du marché sont au plus haut depuis 2014, les points morts d'inflation américains à 10 ans s'établissant actuellement à 2,25 %. Cette hausse est, selon nous, principalement dictée par la remontée des prix des matières premières. La progression des anticipations d'inflation entraîne une remontée des rendements obligataires nominaux, sur un marché étroit, caractérisé par la réticence de la Réserve fédérale américaine (Fed) à renforcer dans l'immédiat son soutien au marché.

Les membres du Comité de politique monétaire (Federal Open Markets Committee - FOMC) de la Réserve fédérale sont désormais entrés dans la traditionnelle période « de réserve » qu'ils s’imposent en amont de la réunion du FOMC des 16 et 17 mars. L’absence de communication de la part de la Fed, combinée à une moindre liquidité, contribue à amplifier les mouvements du marché obligataire. Nous sommes fermement convaincus que la Fed et les banques centrales dans le reste du monde veulent à tout prix éviter de mettre en péril un quantitative easing (assouplissement quantitatif) historique et coordonné destiné à remettre sur pied l'économie mondiale.

De fait, la BCE a accéléré le rythme de ses achats d’obligations d’urgence la semaine dernière, après plusieurs déclarations prévenant que la hausse récente des rendements menaçait de faire dérailler la reprise économique dans la région.

Quelles conséquences pour nos stratégies environnementales ?

Si, comme nous le pensons, les adjudications de bons du Trésor américain se déroulent bien, les perspectives seront extrêmement positives pour les actifs risqués et les actions, et en particulier pour les entreprises développant des solutions liées à l’environnement, en baisse de près de -40 % depuis janvier.

Nous avions entamé 2021 avec une exposition prudente et 10 % de liquidités, que nous n’avons pas redéployées, dans l’attente d'une « deuxième chance » qui nous permettrait de bénéficier d'une performance robuste à l’issue de ventes excessives du marché. Les entreprises de notre univers d'investissement ont publié de très bons résultats et présenté des perspectives solides, beaucoup d’entre elles disposant d'importantes liquidités après d'importantes levées de fonds en 2020.

Notre principale position détient ainsi 5 milliards de dollars de cash à son bilan et est leader sur le marché des piles à combustible à l'hydrogène, qui connaît l’une des plus fortes expansions en ce moment.

Toc, toc, toc… une opportunité frappe à la portele moment est venu pour les investisseurs de moyen/long terme et qui souhaitent renforcer leurs expositions, mais également pour ceux qui sont passés à côté du rebond des entreprises offrant des solutions environnementales en 2020.


Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication, sont basées sur les informations disponibles et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Chaque équipe de gestion de portefeuille peut avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent aussi bien diminuer qu’augmenter et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas leur mise de fonds initiale. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

L’investissement dans les marchés émergents, ou dans des secteurs spécialisés ou restreints, est susceptible d’être soumis à une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un degré élevé de concentration, d’une plus grande incertitude parce que moins d’informations sont disponibles, qu’il y a moins de liquidité ou en raison d’une plus grande sensibilité aux changements des conditions du marché (conditions sociales, politiques et économiques).

Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la majorité des marchés internationaux développés. C’est pourquoi les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis dans les marchés émergents peuvent présenter un risque plus important.

Sur le même thème

Weekly insights, straight to your inbox

A round-up of this week's key economic and market trends, and insights on what to expect going forward.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide
Please check the boxes below to subscribe