BNP AM

Le blog officiel de BNP Paribas Asset Management

Volatilité et performances inégales mais 2021 devrait être dans l’ensemble favorable pour les actions

Les investisseurs en actions peuvent-ils s’attendre à une année aussi favorable qu’en 2020 ? Les conséquences sur l’économie et les marchés de la pandémie ne vont pas disparaître. Les investisseurs les plus avertis devraient néanmoins être en mesure de saisir de très bonnes opportunités et de profiter de tendances de long terme. La réponse à la question ci-dessus est donc « oui ».

Quels sont les principaux thèmes d'investissement pour 2021?

Je tiens d’abord à préciser que les stratégies thématiques vont jouer un rôle important car elles offrent un contexte dans lequel il est possible d’identifier des opportunités d’investissement très attractives et de construire des portefeuilles capables de s’affranchir des frontières géographiques, des tailles de capitalisation et, en fonction du sentiment des investisseurs, des styles de gestion.

En 2021, la pandémie va rester omniprésente, que ce soit via la propagation du virus, la distribution de vaccins ou encore l’évolution des mesures de distanciation sociale ayant des conséquences directes sur l’activité économique. Nous continuons à apprendre à vivre avec cette pandémie et c’est à présent notre capacité à gérer à réduire son incidence sur notre quotidien qui peut changer la donne.

Cet apprentissage progressif a entraîné l’accélération de tendances durables ou mégatendances, qu’il s’agisse de l’utilisation des moyens de communication dans le cadre du travail ou de nos loisirs. Cette tendance a aussi renforcé, ou rappelé, certaines priorités allant de la cohésion sociale à l’environnement.

Désormais peu susceptibles de s’inverser, ces tendances seront au cœur des usages du cloud computing et de l’intelligence artificielle (IA), ainsi qu’à la base de la création de solutions innovantes. Ce sera tout particulièrement le cas dans le secteur de la santé en raison des enjeux ayant trait au développement et à la flexibilité accrue des systèmes de santé.

La sensibilisation accrue au thème de la durabilité touche aussi bien la réglementation, l’innovation, l’intérêt des investisseurs que le grand public. Tous les acteurs adoptent désormais un comportement similaire, militant en faveur de solutions nouvelles. Pour les investisseurs, la période actuelle est enthousiasmante car elle devrait leur permettre de générer de la performance, tout en contribuant à des changements majeurs.

En raison, entre autres, de la pandémie, les politiques monétaires devraient rester accommodantes, si l’inflation reste modérée. Malgré les craintes suscitées par le niveau colossal des dettes publiques, ces politiques accommodantes accompagneront la reprise économique et soutiendront ainsi le prix des actifs.

La Chine constitue selon nous une thématique importante. Quel sera l’impact des politiques sur l’économie chinoise et mondiale, et, par conséquent, sur les prix de marché ? Pour nous, une exposition à la Chine a toute sa place dans une allocation d'actifs stratégique.

Les actions des pays développés se sont inscrites en forte hausse en 2020. Selon vous, les actions sont-elles aujourd’hui surévaluées?

Je suis optimiste sur les marchés en 2021. Il y a aura des phases de volatilité et des disparités probablement importantes entre les gagnants et les perdants, mais j’anticipe des opportunités très intéressantes pour les sélectionneurs de valeurs (stockpickers).

En ce qui concerne les entreprises à éviter, on peut citer celles dont le modèle global et la situation financière ont souffert, dont les valorisations se sont redressées grâce aux anticipations de reflation mais qui ont probablement atteint leur maximum. Pour ces entreprises dont le modèle est dépassé, l’offre massive de crédit bon marché aura un effet négatif en leur permettant de survivre artificiellement.

Que peut-on dire au sujet du secteur technologique ? Si d’aucuns pointent du doigt le niveau élevé des valorisations, nous pensons pour notre part que le secteur est encore loin d'une situation de bulle. On observe par ailleurs des écarts très importants : les valorisations des éditeurs SAAS (logiciels en tant que services) et les gagnants de la Covid-19 sont très élevées, tandis que d’autres présentent des prix encore intéressants. Nous pensons que le secteur technologique mérite un multiple de valorisation plus élevé que l’ensemble du marché en raison de perspectives de croissance plus prometteuses et d'une rentabilité du capital investi qui s’améliore.

Il est selon nous très utile de tenir compte des thématiques de long terme pour mieux évaluer les perspectives et la valorisation d’une entreprise.

Impossible également de passer à côté de la montée en puissance du commerce en ligne. La pandémie n’a fait qu’accélérer cette tendance, mais une question se pose : les consommateurs retourneront-ils en nombre dans les centres commerciaux après la pandémie ou les achats en ligne resteront-t-ils un segment de croissance ?

Prenons l’exemple de l'électrification des transports. Huit millions de véhicules électriques sont actuellement en circulation dans le monde. Ce nombre devrait atteindre 1,1 milliard en 2050. Cette tendance créera des gagnants et des perdants. Il faut aussi s’attendre à une évolution majeure des processus industriels et commerciaux. Les nouvelles technologies vont jouer un rôle central.

Autre exemple parlant, l’énergie solaire dans l’immobilier résidentiel. Aux États-Unis, le taux de pénétration est actuellement de 2,5 %. Ce niveau va s'accroître considérablement avec le temps, ce qui profitera aux entreprises en mesure de fixer les prix parce qu’elles détiennent la bonne technologie et les bonnes solutions.

Quels sont les principaux risques ?

J’aimerais mettre l’accent sur trois points spécifiques aux marchés actions :

  1. La volatilité des marchés pourrait venir des pressions et des tensions découlant des campagnes de vaccination contre la Covid-19, de leur efficacité et de l’impact des mesures de confinement. Pour les investisseurs à long terme, cela aura moins d’importance. N’oublions pas que les actions sont restées liquides, même pendant les tensions les plus fortes des marchés.
  2. La perspective d'un durcissement de la réglementation, qu’il s’agisse des législations antitrust dans le secteur technologique ou des incertitudes entourant l'interdiction par les États-Unis d'investir dans des entreprises chinoises, pourrait aussi être source de volatilité. La situation de chaque entreprise doit être analysée au cas par cas, et en particulier leurs valorisations.
  3. Même s’il ne s’agit pas selon nous d’un élément essentiel, il faut reconnaître qu'une pentification marquée des courbes des taux pourrait, in fine, affecter les actions.

Je tiens néanmoins à insister sur un point : nous sommes toujours convaincus que les investisseurs peuvent identifier des entreprises de grande qualité, possédant des avantages compétitifs solides, évoluant sur des marchés en croissance et affichant de très bonnes perspectives.

  • Écoutez également le podcast avec Guy Davies

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication, sont basées sur les informations disponibles et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Chaque équipe de gestion de portefeuille peut avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Ce document ne constitue pas un conseil en investissement.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent aussi bien diminuer qu’augmenter et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas leur mise de fonds initiale. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

L’investissement dans les marchés émergents, ou dans des secteurs spécialisés ou restreints, est susceptible d’être soumis à une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un degré élevé de concentration, d’une plus grande incertitude parce que moins d’informations sont disponibles, qu’il y a moins de liquidité ou en raison d’une plus grande sensibilité aux changements des conditions du marché (conditions sociales, politiques et économiques).

Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la majorité des marchés internationaux développés. C’est pourquoi les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis dans les marchés émergents peuvent présenter un risque plus important.

Sur le même thème

Weekly insights, straight to your inbox

A round-up of this week's key economic and market trends, and insights on what to expect going forward.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide
Please check the boxes below to subscribe