Actions indonésiennes : les sept merveilles d’Indonésie

Post with image
Veuillez noter que le présent article peut contenir du langage technique. Pour cette raison, il est déconseillé aux lecteurs qui ne disposent pas d’une expérience professionnelle de l’investissement.

En Indonésie, les marchés des changes et des actions ont démarré l’année en fanfare en surperformant les autres marchés asiatiques ainsi que les principaux marchés mondiaux. En effet, les investisseurs étrangers ont investi dans ce pays en janvier et février 2016. La forte croissance du PIB au 4e trimestre 2015 a confirmé le rebond de l’économie. Soutenus par une accélération des dépenses dans les infrastructures et un cours de la roupie plus stable, le président Jokowi a renforcé sa crédibilité de leader et la Banque d’Indonésie (BI) a baissé ses taux directeurs à trois reprises depuis début 2016. Nous avons sept raisons de penser que la croissance économique et le marché d’actions en Indonésie ont bel et bien amorcé une reprise progressive.

1) Rebond du PIB

La croissance du PIB indonésien a rebondi à 5,0 % en rythme annuel au 4e trimestre 2015 (vs 4,7 % au 3e trimestre 2015), notamment en raison d’un boom des investissements. Sur l’ensemble de l’année 2015, la croissance du PIB s’est établie à 4,8 % en rythme annuel.

Graphique 1 : la croissance économique en Indonésie est en train de remonter la pente – graphique montrant la croissance trimestrielle du PIB de 2010 à 2016 (estimation en %)

quarterly gdp from 2010 to 2016

Source : Bloomberg, mars 2016.

Notre avis : le PIB va continuer de croître progressivement et nous conservons nos prévisions de 5,2 % pour 2016. Nous sommes convaincus que la croissance profitera d’une accélération des investissements, de  dépenses de consommation soutenues et de politiques accommodantes.

2) Une baisse du déficit courant

Le déficit courant (DC) en Indonésie, généralement considéré comme son principal talon d’Achille, se stabilise actuellement autour de 2 % du PIB (contre 3,1 % en 2014). Cette progression s’explique essentiellement par l’excédent de la balance commerciale et les effets de la réduction des subventions sur le carburant début 2015.

Graphique 2 : le déficit courant en Indonésie se stabilise et évolue dans la bonne direction (le graphique montre l’évolution du solde du compte courant pour l’Indonésie pour la période allant de 1991 à mars 2016).

Indonesia ca

Source : Bloomberg, mars 2016.

Notre avis : comme la BI, nous pensons que le déficit courant devrait s’établir à moins de 3 % du PIB en 2016. La reprise économique rapide risque néanmoins de rencontrer des obstacles majeurs. Si la faiblesse des exportations se maintient, le DC risque d’augmenter en raison d’une hausse des importations de capitaux. Cependant, l’économie indonésienne devrait selon nous poursuivre son redressement tant que les politiques demeurent accommodantes.

3) Accélération des programmes de relance

Afin de redynamiser la croissance économique du pays, le gouvernement a introduit plusieurs programmes de relance. La mise en œuvre du gigantesque plan d’infrastructure de Jokowi s’accélère, notamment en évitant les formalités administratives, et le 10e programme de relance se concentre sur l’ouverture de douzaines de secteurs aux investisseurs étrangers afin d’attirer davantage de capitaux.

Notre avis : ces divers programmes de relance – en particulier le 10e – envoient un signal fort aux investisseurs, en l’occurrence, que le gouvernement entend sérieusement améliorer le climat des affaires. Le récent afflux net de capitaux étrangers souligne aussi le regain de confiance dans les perspectives économiques.

4) Stabilisation de la roupie sur les marchés des changes

L’augmentation des investissements étrangers a permis à la monnaie de rester assez stable depuis le relèvement des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed) en décembre 2015.

Graphique 3 : depuis novembre 2015, le cours de la roupie indonésienne s’apprécie contre le dollar US

rupiah against USD

Source : Bloomberg, mars 2016.

Notre avis : la roupie devrait susciter de plus en plus la confiance, car : 1) la croissance du PIB devrait mieux résister que prévu ; 2) le récent programme de relance du gouvernement devrait accroître l’afflux de capitaux étrangers et les recettes fiscales ;  3) un assouplissement monétaire prudent ne débutera que quand l’inflation aura fléchi.

5) Nouvel assouplissement monétaire

L’inflation a reculé à 4,1 % en rythme annuel en janvier (contre un pic de 7,5 % en rythme annuel en juillet), surtout en raison de la chute des prix des matières premières, mais elle se maintient confortablement dans la fourchette cible de la BI entre 3 % et 5 %.

Le recul de l’inflation, la contraction du déficit courant et la stabilisation de la roupie ouvrent la voie vers un nouvel assouplissement monétaire. Le 17 mars 2016, la BI a annoncé la troisième baisse des taux directeurs depuis le début de l’année 2016 en abaissant à nouveau son taux directeur de 25 pb à 6,75 %.

Le recul de l’inflation est aussi un des ingrédients clés pour stimuler la consommation. L’indice de confiance des consommateurs a rebondi à 112,6 en janvier, contre 103,5 en moyenne au 4e trimestre 2015.

Graphique 4 : la confiance des consommateurs rebondit parallèlement au recul de l’inflation

rebounding consumer confidence as inflation lowers

Source : Bloomberg, mars 2016.

Notre avis : le gouvernement devrait accentuer la pression en faveur d’une baisse des taux afin de pouvoir mener à bien le plan d’infrastructure prévu au programme. À noter qu’un nouvel assouplissement monétaire constitue l’un des éléments indispensables au redressement de la consommation, et par conséquent, de la croissance économique.

 6) Nous nous attendons à une hausse de la croissance bénéficiaire en 2016

Graphique 5 : rebond de la croissance des bénéfices par action  (% en glissement annuel)

expected rebound in earnings growth

Source : Bloomberg, mars 2016. Il s’agit des estimations de notre équipe.

Notre avis : nous tablons sur une remontée progressive des bénéfices des entreprises indonésiennes sur fond d’une accélération des réformes. La croissance bénéficiaire devrait atteindre environ 10 à 13 % en 2016 – en particulier pour les entreprises bien gérées dans les secteurs des infrastructures, de la construction, de l’immobilier et des services aux collectivités.

7) Actions indonésiennes intéressantes

Les entreprises indonésiennes ne manquent pas d’attrait : au 31 janvier 2016, leur ratio C/B, à 11,9x, était inférieur à la moyenne de celui de leurs pairs d’ASEAN.

Entre-temps, à 16,8 %, le rendement estimé des fonds propres pour 2016 reste largement supérieur à la moyenne des autres pays d’Asie-Pacifique (11,0 %), signe du faible endettement et de l’excellente santé de l’Indonésie.

Graphique 6 : un des plus grands succès économiques des dernières années en Indonésie est la réduction du ratio de dette par rapport au PIB (le graphique montre l’évolution du ratio de dette en tant que pourcentage du PIB en Indonésie pour la période depuis 2000)  

Indonesia gov debt

Source : Bloomberg, mars 2016.

Il convient de noter que l’amélioration du déficit courant et la stabilisation de la roupie ont considérablement protégé l’Indonésie des répercussions du cycle de durcissement de la Fed.

Nous sommes convaincus qu’une plus grande stabilité macroéconomique, la stabilisation de la roupie et la dynamique bénéficiaire positive offriront un bon point d’entrée aux investisseurs à la recherche d’opportunités.

Aliyahdin Saugi

Head of Indonesian equities

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*