La vigueur du yen pèse lourdement sur l’économie japonaise

Post with image

Les chiffres du commerce japonais ont été fortement touchés par la récente appréciation du yen, en hausse de 15 % par rapport au dollar américain depuis le début de l’année (voir graphique 1). La vigueur du yen a conduit les exportateurs à réduire leurs prix en yens, tandis que les prix des importations baissaient également. En conséquence, la valeur des exportations et des importations a plongé.

Graphique 1 : la forte appréciation du yen en 2016 et la chute du Nikkei vont totalement à l’encontre des objectifs de MM. Abe et Kuroda. Si ces tendances se maintiennent, le gouvernement devra probablement agir en actionnant à la fois les leviers budgétaire et monétaire (le graphique montre l’évolution du yen par rapport au dollar américain (à droite) et celle du Nikkei (à gauche) entre janvier 2014 et le 22 juin 2016).

japanese yen and nikkei

Source: Datastream, BNPP IP le 27 juin 2016.

Graphique 2 : Le Brexit augmente la pression haussière sur le yen et par ricochet sur la Banque du Japon (le graphique montre l’évolution du cours du yen par rapport au dollar US entre juin 2015 et juin 2016)

JYS Curncy (JAPANESE YEN SPOT) 2016-06-28 14-08-05

Source: Bloomberg, le 28 juin 2016.

La valeur des exportations de marchandises japonaises s’est repliée en mai de 11,3 % en glissement annuel, et les importations ont reculé de 13,8 %. Les exportations japonaises sont en baisse depuis 8 mois consécutifs. Toutefois, pour mesurer l’impact sur la croissance du PIB, mieux vaut s’intéresser aux volumes. En termes de volumes, l’évolution du commerce extérieur japonais paraît beaucoup moins spectaculaire. Les importations ont rebondi après un creux en avril, mais la tendance générale est stationnaire, tant pour les exportations que pour les importations. S’agissant des bénéfices des sociétés, les valeurs sont plus pertinentes. Compte tenu de la vigueur du yen depuis le début de l’année, il n’est pas surprenant que les prévisions bénéficiaires des entreprises japonaises aient fortement chuté.

Graphique 3 : en valeur, les exportations japonaises ont chuté en mai de 11,3 % en glissement annuel. Il s’agit du huitième mois consécutif de baisse de la valeur des exportations japonaises. Cette chute est surtout induite par la forte contraction de la valeur des exportations vers la Chine, le principal partenaire commercial du Japon.

Japan exports

Source : Datastream, BNPP IP, le 27 juin 2016.

Autre faiblesse : le niveau actuel des dépenses de consommation. Il existe de nombreuses mesures pour le calculer, certaines très volatiles, mais, en glissement annuel, les ventes des supermarchés ont reculé de 1,3 % en mai et celles des grands magasins de 5,1 %. Il s’agit là de la plus forte baisse annuelle depuis mi-2010, exception faite de quelques chutes temporaires dues à des hausses fiscales ou à des catastrophes naturelles. Pourtant, seule la consommation peut tirer l’économie japonaise vers le haut. Le commerce extérieur est en effet dans une mauvaise passe du fait du ralentissement de l’économie chinoise et de la hausse du cours du yen. Les créations d’emploi devraient améliorer le pouvoir d’achat et le faible taux de chômage devrait finir par soutenir le niveau des salaires. Cependant, les négociations salariales au printemps ont été décevantes et la croissance réelle des salaires a été minime, ce qui n’est pas anodin pour la Banque du Japon (BoJ).

Une monnaie plus forte et une économie faible devraient conduire la banque centrale à renforcer sa politique de relance. Le compte-rendu de la réunion de politique monétaire de fin avril n’a laissé transparaitre aucun empressement à aller dans ce sens, le sentiment général étant alors que l’essentiel des difficultés de l’économie japonaise venait de l’étranger. Cependant, les responsables politiques ont reconnu que l’inflation était plus faible que prévu et que les prévisions d’inflation étaient à la baisse.

Le Brexit a déclenché des flux de capitaux vers le yen, sans doute la monnaie refuge ultime. Au cours de la journée du vendredi 24 juin, le cours du yen par rapport au dollar US a brièvement dépassé la barre des 100 yens pour un dollar US (voir le graphique 2 ci-dessus). Cette nouvelle tendance haussière sur le cours du yen augmente la pression sur la BoJ qui doit faire face à une appréciation du yen d’environ 20% depuis mi-décembre 2015 (malgré l’introduction par la BoJ d’une politique de taux d’intérêts négatifs le 29/01/16).

La prochaine réunion de politique monétaire le 28-29 juillet, sera accompagnée de nouvelles prévisions de la BoJ concernant la croissance et l’inflation. Elle aura lieu après les élections à la chambre haute et sans doute après l’annonce de nouvelles mesures budgétaires de relance. Certaines choses évoluent, mais puisque les prévisions feront vraisemblablement état d’estimations d’inflation plus basses que prévu, la Banque du Japon pourrait enfin se sentir incitée à intensifier ses mesures d’assouplissement. Dans le sillage du Brexit se profile la possibilité que la BoJ convoque une réunion d’urgence pour assouplir sa politique monétaire avant sa prochaine réunion ( prévue pour le 28-29/7/16). [divider] [/divider]

Cet article a été rédigé le 27/06/16 à Amsterdam

Lire aussi l’analyse par Joost van Leenders sur l’introduction des taux négatifs au Japon.

Joost van Leenders

Portfolio Manager, Multi Asset Solutions, CFA charterholder

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*