Christine Lagarde, nouvelle présidente de la Banque centrale européenne

Post with image

Après d’intenses tractations, les dirigeants de l’Union européenne (UE) se sont finalement entendus sur les plans de succession à la tête de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne (BCE).

L’Allemande Ursula von der Leyen, ministre de la Défense, est apparue comme la candidate du compromis pour succéder à Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne. La Française Christine Lagarde a été choisie pour présider la BCE. Par ailleurs, le Belge Charles Michel prendra les rênes du Conseil européen et l’Espagnol Josep Borrell a été désigné pour occuper le poste de Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères.  


La nomination de l’actuelle directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, à la tête de la BCE a constitué une surprise.

À la différence des précédents gouverneurs de l’institut d’émission, Christine Lagarde n’a jamais dirigé une banque centrale nationale. Elle est en outre juriste de formation et non pas économiste.

Une vaste expérience

Cependant, elle apporte à la BCE sa vaste expérience acquise en France et à l’étranger. Sa connaissance approfondie des secteurs privé et public combinée à ses antécédents au sein du FMI donnent à penser qu’elle dispose du savoir-faire et de la perspicacité nécessaires pour bâtir des ponts dans le paysage politique et coopérer avec les dirigeants des différentes institutions. Il s’agit exactement des atouts dont a besoin une BCE aux instruments limités dans un contexte marqué par un ralentissement de la croissance économique, une faiblesse continue de l’inflation et des incertitudes entourant les relations commerciales à l’échelle mondiale.

Aux commandes du FMI, Christine Lagarde s’était ralliée à ses homologues de la BCE et de la Commission européenne pour orchestrer le sauvetage de la Grèce, dont la charge de la dette mettait en péril la zone euro et la monnaie unique.

Si une crise de la dette italienne devait menacer l’euro durant son mandat de présidente de la BCE, les investisseurs pourraient être rassurés quant à sa capacité à dépasser les contraintes de sa fonction et à collaborer avec d’autres institutions en vue de rechercher le bon dosage des composantes de la politique économique.

Dans la continuité et la capacité de négocier avec les défis potentiels rencontrés dans la zone euro 

Les marchés ont salué la nomination de Christine Lagarde à la tête de la BCE y voyant le signe d’une continuité de la politique monétaire au terme du mandat de Mario Draghi.

Premièrement, l’éviction de quelques-uns des candidats plus orthodoxes et intransigeants a laissé entrevoir une forte probabilité que la BCE conserve l’orientation accommodante fixée par son actuel président.

On pourrait également avancer qu’il est possible que ce dernier tire parti des dernières réunions de politique monétaire qu’il présidera pour établir la trajectoire jusqu’en 2020, ce qui laisserait à Christine Lagarde le temps de prendre ses marques et d’assumer la complète direction de la BCE avant de passer en revue ses instruments et objectifs dans un futur proche.

Deuxièmement, dans le sillage de la crise de la dette souveraine, la BCE, par la voix de Mario Draghi, a appelé à maintes reprises à mettre en œuvre des réformes structurelles et à engager des efforts dans d’autres domaines politiques pour relancer l’inflation. L’appui de Christine Lagarde à une intégration plus poussée de la zone euro, son ouverture à une politique monétaire non conventionnelle et son expérience diversifiée pourraient lui permettre d’affronter les importants défis politiques auxquels la zone euro sera confrontée quand sonnera l’heure de la prochaine crise ou du retournement conjoncturel.


Cet article est extrait du « Q2 2019 Inflation-Linked Bonds Outlook » publié en juillet

Pour lire plus d’articles de Jenny Yiu, cliquez ici >

Pour plus d’articles sur le BCE, cliquez ici >

Jenny Yiu

Co-Head Inflation, CFA

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*