L’emploi américain en hausse, l’incertitude de la Fed aussi ?

Post with image
  • Volume impressionnant de nouveaux emplois non agricoles : hausse de 287 000 unités, contre seulement 11 000 en mai, ce qui amène la moyenne des six derniers mois à 172 000.
  • Les nombreuses créations d’emplois non agricoles en juin ont illustré la dynamique positive de l’économie américaine à l’approche du référendum britannique.
  • Confirmation des propos de la présidente de la Reserve Fédérale, Janet Yellen, sur le caractère éphémère des chiffres relatifs à la croissance du marché de l’emploi
  • Cette baisse de régime dans le marché du travail était l’une des incertitudes qui avaient incité la Réserve fédérale à faire preuve de prudence dans son processus de relèvement des taux.

 

Après le rapport catastrophique du mois de mai faisant état de la plus faible croissance du marché de l’emploi en plus de cinq ans, le rapport de juin renverse la tendance et termine le 2eme trimestre 2016 sur une note positive. Outre l’accord conclu le mois dernier avec les 35 000 grévistes de Verizon dans le secteur des télécommunications, la création de 287 000 nouveaux emplois non agricoles a reflété l’amélioration généralisée des secteurs de la santé, des loisirs, des services aux entreprises, de la distribution et des transports. Les engagements de juin font monter la moyenne trimestrielle à 147 000 emplois et la moyenne semestrielle à 172 000. Ces hausses, bien que solides, ne sont pas suffisantes pour atteindre la moyenne de 2015 de 230 000 nouveaux postes.

 

Le taux de chômage a grimpé de 4,9 %, contre 4,7 % en mai. Cependant, le rapport domestique apporte de bonnes nouvelles puisque la population active a augmenté de 414 000 personnes suite à l’arrivée de nombreux demandeurs d’emploi sur le marché du travail. Cela est généralement considéré comme un signe de confiance dans l’économie et a influencé le taux d’activité à 62,7%. Le salaire horaire moyen a aussi gagné 0,1 % à +2,6 % chaque année. Globalement, les chiffres de l’emploi de juin ont illustré la bonne santé du marché du travail américain et la dynamique positive de l’économie du pays à l’approche du référendum britannique.

US employment growth bounces back NA

 

Selon les prévisions du Comité fédéral de l’Open Market (FOMC) dans sa synthèse des prévisions économiques, la Réserve fédérale américaine (Fed) anticipe une « suppression progressive des aides monétaires » et deux augmentations de taux de 25 points de base d’ici fin 2016. Au regard des chiffres de l’emploi, les estimations du marché sur la probabilité de hausses futures ont doublé pour décembre et février, sans toutefois dépasser 24 %, contre une probabilité de plus de 75 % début juin.

 

La faiblesse de la croissance du marché de l’emploi représente une des incertitudes mentionnées par la Fed lors de la réunion du FOMC pour justifier la prudence dans le processus de hausse des taux. La présidente Janet Yellen a spécifiquement fait part du risque de trop s’appuyer sur un seul indicateur économique ainsi que de son espoir que le ralentissement observé en mai se révélera être « éphémère ». Ironie du sort, bien que les dirigeants de la Fed souhaitent voir des données solides pour améliorer l’élan économique du pays, ce rapport complique leur prise de décisions en raison des incertitudes liées au Brexit, aux perspectives de croissance mondiale et aux conditions financières plus généralement.

Rena Walsh

Head of Money Markets

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*