BNP AM

Le blog officiel de BNP Paribas Asset Management

Graphique de la semaine : nouveaux remous sur le marché du pétrole brut

Après s’être stabilisés depuis le début de l’année 2017, les prix du pétrole ont chuté de plus de 10 % durant la semaine du 15 mars, repassant sous la barre des 50 USD le baril.

Après s’être stabilisés depuis le début de l’année 2017, les prix du pétrole ont chuté de plus de 10 % durant la semaine du 15 mars, repassant sous la barre des 50 USD le baril.

En fin de compte, cette chute s’explique par les nouvelles technologies et les progrès techniques significatifs qui ont entrainé la révolution du schiste, permettant aux États-Unis, ancien importateur de gaz et de pétrole, de devenir exportateur. Les États-Unis ont détrôné la Russie en 2012, devenant aujourd’hui le plus grand producteur de pétrole et de gaz, et fournissent 13 % du pétrole et 21 % du gaz à l’échelle mondiale.

La production de schiste a transformé le paysage énergétique mondial et a de nombreuses répercussions. Les pays et régions tributaires des revenus pétroliers voient d’un mauvais œil cette révolution en marche, qui devrait se traduire par une redistribution des richesses des producteurs au profit des consommateurs. Il semblerait que les prix du pétrole se soient engagés dans une longue période d’instabilité : les changements structurels redistribuent les cartes dans ce secteur de l’énergie où, contrairement au paradigme précédent, l’offre augmente plus vite que la demande.

Graphique 1 : évolution du prix du pétrole brut entre le 15/04/2014 et le 15/03/2017pétrole brut

Source : Bloomberg, BNP Paribas Asset Management, le 15 mars 2017

Commentaire du graphique 1 :

  1. Après une longue période de stabilité (qui a duré trois ans au cours de laquelle le prix du brut fluctuait dans une fourchette comprise entre 80 et 90 USD le baril jusqu’à fin 2014), les prix du pétrole brut se sont effondrés, reflétant un changement profond dans le secteur de l’énergie : l’émergence de la production de schiste. Contre toute attente, la baisse des prix de l’or noir n’a pas évincé les producteurs de schiste américains confrontés à des coûts plus élevés. Au contraire, elle a poussé les acteurs à gagner en efficacité. Le nombre de stations de forage dans les champs pétrolifères américains est en augmentation depuis le mois de mai 2016 (voir graphique n°2).
  2. En janvier 2016, les prix du pétrole brut, comprimés par l’offre abondante et les incertitudes au sujet des perspectives de l’économie mondiale (déflation, craintes d'une crise économique en Chine), ont enfoncé un plancher vieux de 12 ans en tombant sous les 30 dollars le baril.
  3. En décembre 2016, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et 11 autres grands producteurs se sont accordés sur la première réduction de la production de pétrole depuis 2008. En vertu de cet accord, les membres de l’OPEP doivent réduire leur production de 1,2 million de baril par jour, tandis que les pays hors OPEP doivent diminuer la cadence de 600 000 barils par jour. Cet accord est entré en vigueur le 1er janvier 2017 pour une durée de 6 mois.
  4. Le 8 mars 2017, l’Agence américaine d’information sur l’Énergie (EIA) a annoncé que les stocks de brut avaient atteint un niveau record pour la neuvième semaine consécutive. Cette nouvelle a déclenché une correction qui a plongé le prix du brut sous les 50 dollars le baril pour la première fois en 2017. Il semblerait que l’augmentation de la production de schiste aux États-Unis, encouragée par la hausse des prix du pétrole brut, ait dépassé les attentes.
  5. Le 14 mars dernier 2017, l’OPEP a publié un rapport selon lequel l’Arabie saoudite, le plus gros producteur mondial de pétrole, ne réduirait pas sa production, comme elle s’y était engagée. La réaction des autorités saoudiennes ne s’est pas fait attendre : elles ont réaffirmé leur engagement à « stabiliser le marché pétrolier mondial ».

Graphique 2 : la baisse des prix pétroliers n’a pas mis fin à la production de pétrole de schiste - le nombre de sites d’exploration de pétrole brut aux États-Unis est en hausse depuis mai 2016pétrole brut

Source : Bloomberg, BNP Paribas Asset Management, le 15 mars 2017


Achevé de rédiger le 15 mars 2017

Sur le même thème

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

Un tour d'horizon des principales tendances économiques de la semaine.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide
Veuillez cocher la case ci-dessous pour vous abonner