3e trimestre : les premiers résultats signalent un changement de dynamique

Post with image
  • Les chiffres du marché du logement de cette semaine sont contrastés, mais les indicateurs économiques suggèrent une croissance économique modeste aux États-Unis.
  • Sur la base des 25 % d’entreprises du S&P 500 qui ont déjà publié leur rapport, il semble que les résultats du 3e trimestre surpassent les attentes.
  • L’annonce de l’acquisition de Time Warner Inc. par AT&T a à nouveau propulsé les grandes fusions-acquisitions au-devant de la scène

Alors que le 3e trimestre s’est achevé et que la plupart des données économiques ont été récoltées, les indicateurs révèlent une croissance modeste de l’économie américaine. Hormis le marché du logement, les statistiques macroéconomiques se révèlent globalement positives cette dernière semaine. L’économie a repris des couleurs après un accès de faiblesse au 1er semestre, essentiellement grâce aux dépenses de consommation.

Les dépenses d’investissement restent à la traîne

Bien que la baisse des dépenses dans le secteur minier explique l’essentiel de cette faiblesse ces derniers trimestres, les investissements des entreprises (hors énergie) se sont également contractés. Environ un quart des entreprises du S&P 500 ont déjà publié leurs résultats du 3e trimestre, cristallisant l’attention des marchés cette semaine.

Jusqu’à présent, ces résultats sont meilleurs que prévu, notamment en raison des surprises positives de la part des banques. Selon Factset, les résultats des entreprises du S&P 500 pour le 3e trimestre ont reculé de 0,3 %, soit le sixième trimestre consécutif de baisse en glissement annuel. Toutefois, ce chiffre est meilleur que le recul de 1 à 5 % attendu à mesure qu’avançait la saison des résultats. Les ventes affichent également une tendance haussière, avec une croissance à un chiffre durant le trimestre.

Graphique 1: Les marges bénéficiares trimestrielles pour les actions de l’indice S&P 500

graph-fftw

Source: Bloomberg au 25/10/2016

Si cette dynamique positive se poursuit, ce sera la première fois que les revenus augmentent depuis le 4e trimestre 2014. Les biens de consommation discrétionnaires et la santé devraient rester les secteurs les plus prospères en termes de croissance des revenus, tandis que l’énergie fait figure de lanterne rouge à cet égard. Sans ce dernier secteur, la croissance des revenus pour le 3e trimestre aurait augmenté de plus d’un point de pourcentage.

Jusqu’à présent, le secteur bancaire a été la plus grande surprise de cette saison des résultats

Les marchés financiers enregistrent leurs meilleurs revenus trimestriels en sept ans. Les transactions obligataires ont augmenté dans l’anticipation des réformes réglementaires et des décisions des banques centrales, tandis que le rendement des actions a progressé dans l’ensemble. Les équipes de gestion des banques sont optimistes quant aux perspectives bénéficiaires futures, soulignant le nombre solide de projets en cours et à venir .

Jusqu’à présent cette année, le volume mondial de fusions-acquisitions a reculé de 26 % par rapport à 2015, même si l’annonce de l’acquisition de Time Warner Inc. par AT&T pour un montant de 107 milliards de dollars ce week-end a à nouveau propulsé les grandes fusions-acquisitions au-devant de la scène.

Malgré la surperformance notable des résultats pendant le 3e trimestre, les revenus bancaires issus des activités d’investissement et de négoce sont jusqu’à présent inférieurs à ceux de 2015. Par conséquent, les équipes de gestion se concentrent toujours sur des initiatives de gestion des coûts.

Les chiffres du marché du logement de cette semaine sont apparus contrastés

Les mises en chantier ont été moins nombreuses que prévu, en particulier dans le segment des copropriétés. Les ventes de logements existants et les permis de construire ont surpassé les attentes ;à noter que ce dernier segment devrait favoriser les mises en chantier dans les prochains mois.

L’écart de prix entre les logements neufs et existants est historiquement élevé, ce qui a posé certains problèmes d’accessibilité aux candidats-acquéreurs. La confiance des entrepreneurs a baissé de 2 points à 63 points en octobre, mais les perspectives du marché de l’unifamilial restent soutenues par des stocks anémiques, une augmentation des permis octroyés, la faiblesse des taux hypothécaires et des perspectives d’emploi favorables.

Après un rebond de 0,2 % en août, la hausse de 0,3 % des prix des biens de consommation en septembre est essentiellement induite par l’augmentation des prix de l’énergie. Parallèlement, les prix des biens de consommation de base n’ont progressé que de 0,1 %, ce qui ramène l’inflation sous-jacente annuelle à 2,2 % (contre 2,3 % précédemment). Ce recul modeste conforte la prudence de la Fed, de sorte qu’une hausse des taux d’intérêt en novembre semble peu probable.

La publication des résultats du 3e trimestre offre une lueur d’espoir de voir les revenus progresser et la spirale bénéficiaire négative s’inverser. Sur le front macroéconomique, les statistiques économiques publiées cette semaine sont apparues généralement positives, à l’exception du marché du logement.

Bien que les investissements résidentiels risquent de peser sur le PIB du 3e trimestre, le volume plus élevé que prévu des permis octroyés soutenu par la faiblesse des stocks, un bon trafic d’acheteurs potentiels et la croissance robuste des emplois, devrait stimuler les dépenses de construction dans les prochains mois. Les États-Unis continuent de progresser lentement mais sûrement : la croissance reste tirée par la consommation, tandis que les dépenses des entreprises et la manufacture demeurent léthargiques.

Uma Rickheeram

Head of US Credit Research

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*