Actionnaires ou parties prenantes : quelle finalité pour les entreprises ?

Post with image

Le thème du développement durable est en train de se transformer en courant dominant et influence la façon dont les entreprises se perçoivent. Ainsi, désormais, même les CEO les plus en vue commencent-ils à encourager une plus grande réflexion sur le rôle et les obligations des organisations qu’ils dirigent [1].

  • Le développement durable conditionne la façon dont les entreprises perçoivent leurs rôles et responsabilités
  • Quelle est la finalité des entreprises et faut-il la redéfinir ?
  • Le rôle déterminant du secteur financier pour atteindre des résultats plus durables

Les principales allocutions de la deuxième conférence annuelle du  GRAFSI (Global Research Alliance for Sustainable Finance and Investment) [2], qui s’est tenue dernièrement, ont mis l’accent sur la nécessité de redéfinir la finalité des entreprises.

Les entreprises doivent-elles créer de la valeur pour l’actionnaire…

Dans son discours d’ouverture le professeur John Kay fait valoir que les postulats selon lesquels les cadres dirigeants d’une entreprise sont les employés des propriétaires de l’entreprise et que les actionnaires sont les propriétaires de l’entreprise, sont tous deux erronés.

En effet, il démontre que, selon les différents critères de propriété, les actionnaires ne peuvent être considérés comme étant les propriétaires de l’entreprise. S’il fallait trouver des propriétaires, ce seraient les dirigeants, mais en réalité personne ne possède les entreprises. Par conséquent, les dirigeants n’ont pas les obligations envers les actionnaires que décrivait Milton Friedman [3], ils ont en revanche l’obligation de remplir les objectifs, quels qu’ils soient, de l’entreprise qui les emploie. Parmi ces objectifs, mais sans forcément s’y limiter se trouve la création de valeur pour les actionnaires.

…ou sont-elles au service de toutes les parties prenantes ?

Colin Mayer, dans son discours de clôture, se penche, quant à lui, sur la question de la finalité des entreprises.  Insistant sur la nécessité de reconfigurer le rôle des entreprises, il expose son opinion selon laquelle l’objectif des entreprises est de trouver des solutions rentables aux problèmes. Ce faisant, elles sont susceptibles de faire des bénéfices et de récompenser les actionnaires, mais maximiser les bénéfices, en soi, n’est pas leur objectif. Les entreprises doivent être au service de toutes les parties prenantes – la société, les employés, les fournisseurs, l’environnement, les générations futures, etc.

La conférence s’appuya sur le succès de sa première édition. Le mélange unique de profils – universitaires, étudiants et professionnels de l’industrie – et la riche diversité des approches en matière de développement durable en firent le théâtre d’échanges animés permettant de soulever des questions brûlantes. Les présentations explorèrent une large palette de thèmes allant des cadres macroprudentiels à l’engagement, aux déclarations et aux données novatrices.

Le secteur financier pourrait contribuer plus efficacement à favoriser des résultats plus durables

Un des thèmes clés fut le changement climatique et les conséquences inattendues ou involontaires des réglementations en la matière. Un autre thème fut le rôle essentiel du secteur financier pour favoriser l’obtention de résultats plus durables. Sur ce point le verdict fut clair : le secteur financier « peut mieux faire ». La conférence souligna la nécessité d’une coordination dans la recherche en matière de développement durable et les nombreuses possibilités de collaboration mutuellement avantageuses entre le monde universitaire et ce secteur.

Le prix récompensant la meilleure intervention fut remis par le CEO de BNPP AM Frédéric Janbon [4] à Norah Prankatz (Université de Maastricht) et Alexander Wagner (Université de Zurich) pour leur présentation « Climate Change and Adaptation in Global Supply Chain Networks », une étude novatrice s’intéressant à la façon dont les entreprises s’adaptent aux risques de perturbation de leurs réseaux de chaînes d’approvisionnement par le changement climatique.


[1] « Chacune de nos parties prenantes est essentielle. Nous nous engageons à offrir de la valeur à tous, pour le succès futur de nos entreprises, de nos collectivités et de notre pays. » https://www.businessroundtable.org/business-roundtable-redefines-the-purpose-of-a-corporation-to-promote-an-economy-that-serves-all-americans ; Business Roundtable, août 2019.

[2] GRASFI, fondée en 2017 pour promouvoir la recherche académique pluridisciplinaire en matière de finance et d’investissement durables, se compose d’environ 20 universités, chacune possédant une expertise dans ce domaine émergent.

Objectifs de GRASFI :

  • organiser une grande conférence universitaire annuelle
  • développer la collaboration universitaire entre les chercheurs travaillant sur les questions liées à la finance et à l’investissement durables
  • favoriser la croissance et le développement des étudiants de troisième cycle et des universitaires de premier cycle travaillant sur la finance et l’investissement durables.

En 2018, BNP Paribas Asset Management est devenue le sponsor gestion d’actifs exclusif, pendant trois ans, du congrès académique annuel de GRASFI.

[3] Milton Friedman, « La responsabilité sociale d’une entreprise est de faire croître ses bénéfices », Beauchamp and Bowie (eds.) (1988) ; https://www.johnkay.com/1998/02/03/the role of business in society/

[4] BNP Paribas Asset Management vise à générer un rendement d’investissement durable à long terme pour ses clients.  Cela signifie que nous plaçons l’investissement durable au cœur de notre activité. Nous voulons que nos investissements soient un moteur du changement : pour nos clients, leurs bénéficiaires et le monde dans lequel nous vivons. Nous avons identifié trois conditions préalables essentielles pour un système économique plus durable et plus inclusif :

  • transition énergétique vers une économie bas carbone,
  • durabilité environnementale,
  • égalité et croissance inclusive.

Pour plus d’articles sur l’ISR, cliquez ici >

Découvrez les solutions d’investissement de BNP Paribas Asset Management: l’asset manager d’un monde qui change.

Global Sustainability Strategy
Notre vision de l’investissement durable

Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication. Elles émanent des informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement autres en fonction des clients.

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*