Allocation d’actifs : attendre pour acheter sur repli

Post with image
  • Des risques moindres et l’amélioration des perspectives économiques ont permis aux marchés de progresser ces derniers temps
  • Mais… il n’est pas encore temps de se repositionner agressivement sur les actifs risqués
  • La meilleure stratégie pour les investisseurs à l’heure actuelle : « acheter sur repli »

Actions : à la recherche d’opportunités d’achat

Selon nous, notre scénario « Boucles d’or » – avec une croissance et une inflation modérées – est toujours d’actualité. Ce contexte favorable semble même moins fragile désormais du fait de l’atténuation des menaces telles que l’escalade des tensions commerciales et un ralentissement économique prononcé.

Dans la mesure où cet environnement profite généralement aux actifs risqués, nous avons déjà observé des performances solides ces dernières semaines. En effet, certains marchés ont atteint des plus hauts historiques.

Pour que cette progression se maintienne, et qu’elle puisse éventuellement se poursuivre, le marché aura besoin de nouvelles positives en matière de bénéfices. Jusqu’à présent, les résultats des entreprises pour le T4 2019 ont été encourageants : 45 % des entreprises américaines ont publié avec de bonnes surprises en termes de bénéfices et de ventes (Figure 1).

Figure 1 : les derniers résultats des entreprises sur les bénéfices et les ventes ont dépassé les attentes du marché et semblent marquer la fin de la dégradation constatée aux T2 et T3 de l’année dernière — le graphique présente la croissance trimestrielle des ventes et des bénéfices des entreprises américaines en % telle que publiée à ce jour

US sales earnings Q4 2019

Source : Bloomberg et BNPP AM, données au 31/01/2020

La croissance des bénéfices sera déterminante pour la performance des actions en 2020. C’est donc l’un des principaux éléments que nous surveillons.

Ainsi, pour l’instant, nous profitons des creux du marché pour prendre des positions longues, sans nous détourner d’une stratégie qui a porté ses fruits en 2019 (Figure 2).

Figure 2 : attendre un creux pour acheter des actions à des cours plus attractifs — le graphique présente les variations de l’indice S&P 500 américain en 2019 et les moments où nous avons acheté (« points d’entrée »)

US S&P 500 equity

Source : Bloomberg et BNPP AM, données au 31/01/2020

Naviguer avec Boucles d’or

Parmi les facteurs de soutien à notre scénario « Boucles d’or », nous anticipons le maintien de la politique accommodante des principales banques centrales, ce qui signifie que les taux d’intérêt resteront bas dans un avenir proche. Cela devrait prolonger la recherche de rendement par les investisseurs.

Dans ce contexte, nous surpondérons la dette des marchés émergents en dollar américain. Trois raisons expliquent cette position. Premièrement, la dette émergente se porte généralement bien en période d’assouplissement monétaire de la banque centrale et de taux longs stables ou en baisse. Ensuite, il s’agit de l’une des rares classes d’actifs obligataires liquides qui rapportent près de 5 % en USD. Enfin, les primes de risque des marchés émergents ont tendance à baisser en cas d’assouplissement de la politique monétaire en Chine, ce qui est le cas actuellement.

Autre marché qui devrait être recherché par les investisseurs à la recherche de rendement, les sociétés d’investissement immobilier cotées (SIIC, ou REIT en anglais). Nous apprécions les SIIC de la zone euro, étant donné que les cours des actions sont proches de leurs plus bas de cinq ans par rapport à la valeur nette d’inventaire. Les SIIC offrent un rendement attractif et, s’agissant d’un actif réel, elles présentent des caractéristiques défensives, qui sont utiles en cas de baisse des actions ou de hausse de l’inflation.

Selon nous, les marchés obligataires sont chers, notamment en raison du risque de reflation (qui ferait monter les taux et, à l’inverse, baisser les prix). Nous pensons que les décennies d’inflation modérée ont fait oublier aux investisseurs en obligations que l’inflation peut accélérer. Par conséquent, nous considérons qu’il est intéressant de sous-pondérer les emprunts d’État « core » de la zone euro à moyen et long terme.


Lisez le texte complet de notre article mensuel sur l’allocation d’actifs : Less fragile goldilocks, but don’t chase markets

Regardez notre vidéo sur l’allocation d’actifs avec Maximilian Moldaschl


Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici > ou rendez-vous sur le site Web local

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de la publication, sont fondées sur les informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion de portefeuille peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients.

La valeur des investissements et les revenus qui en découlent peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas le montant initialement investi.

Les investissements dans les marchés émergents ou des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d’afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un haut degré de concentration, d’incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d’informations disponibles, de la moindre liquidité ou d’une plus grande sensibilité aux modifications des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la plupart des marchés internationaux développés. Pour cette raison, les prestations relatives aux transactions de portefeuille, à la liquidation et à la conservation effectuées pour compte des fonds investis sur les marchés émergents pourraient être plus risquées.

Maximilian Moldaschl

Senior Global Multi-Asset Strategist

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*