Utilisation de l’allocation multifactorielle en construction de portefeuille

Post with image

La MFA – Le nouveau modèle pour des résultats plus intuitifs, plus fiables et plus compréhensibles.

  • Pour une allocation plus optimale des actifs « core », nous introduisons une analyse factorielle pour refléter nos opinions d’investissement sur les expositions multi-actifs.
  • Notre nouveau modèle d’allocation multifactorielle (MFA) est moins sensible aux modifications des intrants que les optimiseurs traditionnels. Ses résultats sont plus intuitifs, plus fiables et plus compréhensibles.
  • Cette approche peut être personnalisée, en tenant compte des spécifications des clients et de leurs souhaits concernant les résultats du portefeuille [1] [2].

Fondée sur les dernières recherches universitaires, l’allocation multifactorielle nous fournit un outil efficace et précis pour traduire nos opinions sur les moteurs et les facteurs ayant une incidence sur les classes d’actifs « core » dans les portefeuilles.

En une seule étape, il prend en compte nos opinions actives sur les classes d’actifs « core », les corrélations, les risques et les éventuelles contraintes des clients, par exemple sur l’écart de suivi acceptable et l’exposition à une classe d’actifs particulière.

Son but est de maximiser le profil rendement/risque du portefeuille et ses objectifs basés sur les résultats, tout en liant la taille des positions du portefeuille à la solidité des notations de conviction sur les classes d’actifs « core ».

Graphique 1 : Les principes sous-jacents à notre modèle exclusif d’allocation multifactorielle

Graphique 1 : Les principes sous-jacents à notre modèle exclusif d’allocation multifactorielle

Source : BNPP AM, données au 11/10/2019

La MFA incorpore un terme d’incertitude sur les rendements attendus. Par conséquent, elle tient compte de la possibilité de résultats différents lorsque la réalité s’écarte des prévisions initiales – c’est-à-dire lorsque la réalité devient plus négative ou plus positive que notre opinion d’investissement. Nous sommes convaincus que cela permet de construire des portefeuilles solides.

L’algorithme de MFA trouve l’allocation optimale combinant nos opinions en matière d’investissement multi-actifs, la structure du portefeuille et le profil de risque du client.

Notre modèle comprend six facteurs.

  • Risque de marché : les actions et actifs assimilables aux actions (comme l’immobilier) ainsi que les parties les plus risquées de l’univers obligataire (crédit à haut rendement, dette des marchés émergents) sont largement exposés à ce facteur.
  • Duration : les obligations d’État et les segments les plus sûrs de l’univers obligataire (dette investment grade) sont exposés à ce facteur. Les actions ont une exposition négative à la duration.
  • Marchés émergents & matières premières : ce facteur apparaît principalement avec des actifs comme la dette des marchés émergents et les actions.
  • Spreads des obligations d’entreprises : celui-ci peut être observé sur les marchés du crédit ; d’autres grandes classes d’actifs y ont une exposition légèrement négative.
  • Pour le facteur États-Unis, les classes d’actifs dans leur ensemble y sont peu exposées, mais les actions et les obligations américaines y sont plus exposées.
  • Comme dans le cas des marchés émergents et des matières premières, le facteur Asie et Chine apparaît principalement pour des actifs comme la dette des marchés émergents et les actions.

Le graphique 2 montre les expositions aux facteurs des principales classes d’actifs. Ce qui est évident, c’est la grande différence de coefficients de pondération des facteurs d’une classe d’actifs à une autre.

Graphique 2 : Expositions factorielles des principales classes d’actifs

Graphique 2 : Expositions factorielles des principales classes d’actifs

Source : BNPP AM, données au 11/10/2019

Comment la MFA fonctionne-t-elle dans la pratique ?

Prenons l’exemple du crédit à haut rendement. Il se situe à mi-chemin entre les actions et les obligations dans la structure du capital d’une entreprise, plusieurs facteurs entrent donc en jeu. Le crédit à haut rendement européen est exposé aux spreads des obligations d’entreprises et au risque de marché. Si vous choisissez de surpondérer les obligations à haut rendement européennes dans un portefeuille, ce sont ces expositions factorielles qui auront un impact. Pour être exhaustif, les actions seront principalement influencées par le risque de marché, et les obligations par le facteur duration.

Exemple 1 : Expositions factorielles des obligations à haut rendement en EUR

Source : BNPP AM, données au 10/10/2019

La caractéristique la plus intéressante de la MFA est qu’elle permet de traduire simultanément les opinions fondamentales sur les différentes classes d’actifs en un ensemble unique d’expositions factorielles, tout en tenant compte des contraintes de chaque portefeuille.

L’optimiseur essaie d’arriver aux mêmes expositions factorielles pour chaque portefeuille, en utilisant les actifs négociables du portefeuille. Bien sûr, dans la pratique, il est impossible de parvenir à des expositions factorielles identiques avec seulement un ensemble limité d’actifs, mais comme le montre l’exemple, les expositions factorielles des portefeuilles réels ressemblent fortement aux expositions non contraintes.

Exemple 2 : Portefeuille multi-actifs axé sur l’Europe vs portefeuille sans contrainte – comparaison des expositions factorielles de nos opinions actuelles

Exemple 2 : Portefeuille multi-actifs axé sur l’Europe vs portefeuille sans contrainte - comparaison des expositions factorielles de nos opinions actuelles

Source : BNPP AM, données au 11/10/2019


[1] Ceci est un résumé de l’article intitulé PRÉSENTATION D’UN SYSTÈME DE CONSTRUCTION DE PORTEFEUILLE EXCLUSIF. Pour la version complète, cliquez ici.

[2] Regardez la vidéo relative à l’allocation multi-factorielle ici


Pour plus d’articles de  Maximilian Moldaschl, cliquez ici >

Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >


Les opinions exprimées sont celles du Comité d’investissement de MAQS, en date October 2019. Les équipes de gestion de portefeuille individuelles en dehors de MAQS peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs sont susceptibles de ne pas récupérer leur investissement initial.

Les investissements dans des marchés émergents ou dans des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d’afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un haut degré de concentration, d’une plus grande incertitude résultant de la moindre quantité d’informations disponibles, d’une moindre liquidité ou d’une plus grande sensibilité aux évolutions des conditions de marché (situation sociale, politique et économique).

Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la plupart des marchés développés internationaux. Pour cette raison, les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis sur les marchés émergents peuvent être plus risqués.

Maximilian Moldaschl

Senior Global Multi-Asset Strategist

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*