Comment survivre à Pampelune

Post with image
Veuillez noter que le présent article peut contenir du langage technique. Pour cette raison, il est déconseillé aux lecteurs qui ne disposent pas d’une expérience professionnelle de l’investissement.

Tels les taureaux lâchés dans les rues de Pampelune à la Saint-Firmin, les marchés financiers suscitent à la fois peur et excitation auprès des observateurs. Dans une telle confusion alimentée par les incertitudes sur la croissance du PIB, par les fluctuations des indicateurs macroéconomiques et par la volatilité, les solutions d’investissement multi-actifs diversifiées à l’échelle mondiale constituent selon nous l’une des options pour « survivre » et même tirer son épingle du jeu.

Graphique 1 : Indice VIX (Chicago Board Options Exchange SPX Volatility index)

volatility index

Source : Bloomberg, le 7 mars 2016.

Dans le scénario de marché actuel, caractérisé par la perte d’influence des stimuli externes, nous pouvons affirmer avec une plus grande certitude que ce qui est mauvais restera mauvais et ce qui est bon restera bon. C’est en soi une bonne nouvelle, car dans le passé le négatif apparaissait parfois comme positif en raison de l’incertitude liée aux politiques monétaires non conventionnelles menées par les banques centrales.

Sur un marché où « le gagnant rafle tout », les clients ne prendront en compte qu’un seul paramètre, la performance, sans s’intéresser aux centaines de styles de gestion englobés dans le concept de solution multi-actifs, lequel connaît toujours autant de succès en Europe.

Depuis la fin de l’année 2014, chez THEAM, nous pensons que la flexibilité de l’allocation d’actifs joue un rôle fondamental dans la limitation des pertes et la conversion des défis en opportunités de marché. La performance peut venir de la capacité du gestionnaire d’actifs à exploiter efficacement les primes de risque du marché.

Pour accomplir cette tâche, THEAM a élaboré il y a six ans une stratégie qui attribue des pondérations aux différentes classes d’actifs de manière flexible et sans privilégier une classe d’actifs par rapport à une autre. À aucun moment, les fonds ne détiennent une classe d’actifs unique ou ne suivent qu’un seul thème d’investissement représentant, disons, 60 % de l’exposition du portefeuille. Bien au contraire, les fonds sont toujours investis dans un grand nombre d’actifs et les pondérations sont ajustées selon la volatilité réalisée à court terme de chaque actif en portefeuille.

Cette stratégie est connue aujourd’hui sous le nom de « sans contraintes ». En effet, l’analyse de la volatilité entre les différents actifs permet d’élaborer une allocation d’actifs flexible conforme à la dynamique de marché. Un des objectifs clés et atouts de cette stratégie est sa capacité à réduire les pertes lorsque les marchés chutent et à maximiser les rendements lorsque la conjoncture redevient positive. Cette asymétrie peut répondre aux besoins des investisseurs qui recherchent un profil de risque stable avec un potentiel de performance intéressant dans un environnement de marché structurellement plus volatil.

Notre allocation d’actifs stratégique Isovol axée sur la gestion du risque est conçue pour offrir une prise de risque stable et une réactivité au niveau de la réorientation du portefeuille en période de hausse ou de baisse des marchés. Notre politique de diversification opportuniste à moyen terme nous permet d’adapter le portefeuille au changement de dynamique de marché. Aujourd’hui cette stratégie opportuniste a pour objectif de protéger le portefeuille contre un ralentissement de la croissance en Chine (position longue sur l’obligation d’État australienne à 10 ans) et contre l’instabilité des marchés (position longue sur l’or) et de profiter de l’appréciation du dollar par rapport aux devises du G4 (position longue sur l’indice US dollar). D’un point de vue tactique, le gérant du fonds peut mettre en place des stratégies de couverture pour gérer les points d’inflexion qu’il aura identifiés bien avant l’activation du signal de rééquilibrage. En associant l’expertise des gestionnaires d’actifs à la puissance des modèles de calcul, notre stratégie est parvenue à surperformer les fonds concurrents depuis fin 2009.

Cela signifie que nous n’hésitons pas à prendre le taureau par les cornes pour adapter le portefeuille aux conditions de marché haussières ou baissières. C’est comme si vous étiez à Pampelune à la Saint-Firmin : ne pas se laisser dépasser par les événements et prendre en main la situation pour la gérer à votre avantage. [divider] [/divider]

Cet article à été rédigé le 3 mars 2016 à Paris.

 Migel / Shutterstock.com

Andrea Mossetto

Senior Investment Specialist, THEAM

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*