Croissance chinoise : nouvel objectif de 6,53 %

Post with image

Le cinquième plénum du 18e Congrès du parti communiste chinois s’est terminé le 29 octobre. L’une des principales mesures prises est la fin de la politique de l’enfant unique, qui marque une étape cruciale dans le rééquilibrage démographique de la Chine. Reste toutefois que 6,53 % est l’information que nous retiendrons de ce plénum. Il s’agit du taux de croissance annuelle cible minimum du PIB fixé par le gouvernement pour les cinq prochaines années dans l’espoir de créer une « société modérément prospère ». Parmi les autres enseignements politiques majeurs, citons le soutien aux secteurs innovants, les réformes des entreprises publiques, la mise en place d’un système de protection sociale plus pérenne et une politique environnementale plus durable. Dans l’ensemble, la réunion a apporté peu de nouveautés, mais les décisions confirment la poursuite du rééquilibrage de l’économie, en fixant un objectif de croissance plus faible, mais en tirant la quintessence de cette croissance à partir des secteurs à plus haute valeur ajoutée.

 

6,53 %  minimum pour les cinq prochaines années

Le cinquième plénum, au cours duquel les lignes de forces du prochain plan quinquennal (2016-2020) ont été passées en revue, semble avoir fixé le taux de croissance annuelle cible du PIB à au moins 6,53 % pour les cinq prochaines années, dans l’espoir de créer une « société modérément prospère ».

Bien qu’aucun objectif de croissance n’ait été explicitement formulé, le gouvernement entend doubler le taux de croissance du PIB par habitant d’ici 2020, ce qui implique une croissance économique annuelle d’au moins 6,53 %.

Graphique 1 : croissance du PIB en glissement annuel (en %) et objectif a minima

MIN2
Source : 5e plénum, Bloomberg, 30 octobre 2015

 

Deux enfants par famille

La Chine est confrontée à une pression démographique : son taux de natalité (1,237) est inférieur à la moyenne internationale (1,92). Sa population vieillissant, il serait très difficile de rééquilibrer la pyramide des âges sans toucher à la politique de l’enfant unique. Pour cette raison, le 5e plénum a décidé d’abolir le régime de l’enfant unique en place depuis 1978 et de permettre aux familles d’avoir deux enfants.

Graphique 2 : Chine : nombre de naissances en millions; taux de natalité en %

Births
Source : NBS, BNP Paribas Asset Management, 30 octobre 2015

Pourtant, nous pensons que les familles urbaines seront tentées de rester à un enfant. En effet, le léger amendement apporté à la politique de l’enfant unique en 2013, qui permettait à certains couples d’avoir deux enfants lorsque l’un des deux parents était déjà enfant unique, a manqué son objectif de deux millions de naissances en 2014. En réalité, à peine 400 000 bébés sont venus au monde cette année-là. Nous pensons donc qu’il faudra attendre longtemps avant de voir les premiers résultats significatifs de cette réforme.

Autres enseignements du 5e plénum

Ce plénum a une nouvelle fois mis l’accent sur les réformes visant à rééquilibrer l’économie. Si les informations plus détaillées ne filtreront pas avant plusieurs semaines, nous pouvons déjà présenter les priorités de ce plan quinquennal :

– Consommation : la contribution proportionnelle de la consommation à la croissance du PIB devrait continuer d’augmenter, et un nombre croissant de ménages devraient y participer.
– Soutien aux secteurs émergents par la création de zones de développement économique.
– Promotion de l’innovation, notamment par la mise en œuvre d’un plan « internet plus ».
– Développement d’un système de protection sociale et amélioration du régime des retraites ; le gouvernement entend injecter des capitaux publics dans les fonds de pension.
– Poursuite de la modernisation de la gestion des entreprises publiques et réforme de la législation financière ; élaboration d’un régime fiscal et budgétaire moderne.
– Protection de l’environnement.

Perspectives

Nous voyons la Chine poursuivre sa transition d’un modèle de croissance quantitative vers un modèle de croissance qualitative en mettant l’accent sur la réorientation de l’économie axée sur les investissements vers la consommation. En effet, la consommation est amenée à rester le moteur de la croissance du PIB (elle prenait à son compte 51,2 % de la croissance du PIB en 2014).

Les récentes réductions de taux d’intérêt et du ratio de réserves obligatoires devraient réduire les coûts d’emprunt, stimuler l’économie réelle et stabiliser la croissance en Chine. Dans le contexte de change et de marché actuellement volatil, nous prévoyons que la liquidité sur le marché intérieur restera suffisante et que le gouvernement instituera des réformes supplémentaires. Selon nous, le gouvernement maintiendra probablement une politique monétaire souple et intensifiera ses mesures d’assouplissement budgétaire ciblées (et non plus tous azimuts comme en 2008/9).

En conclusion, les actions A chinoises nous semblent se stabiliser légèrement mais sûrement. Le risque baissier devrait rester limité concernant les valeurs vedette, vu leur valorisation déjà basse. Nous voyons des opportunités dans le segment des petites et moyennes entreprises, bien que le potentiel soit limité, compte tenu du rebond récent qui a relevé les valorisations de ces actions.

Emmanuelle Wilbrod

Investment Specialist

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*