Investissement factoriel : une approche systématique

Post with image

Dans un récent article « Au revoir smart beta, bonjour factor investing », nous montrions que les stratégies smart beta de première génération sont en train d’être supplantées par l’investissement factoriel, ou factor investing. Cette stratégie utilise des facteurs pour la sélection des titres et vise à construire un portefeuille de valeurs aux caractéristiques communes susceptibles de surperformer le marché d’actions dans son ensemble.

De tels facteurs permettent de mesurer la valorisation d’une action, la rentabilité de la société sous-jacente, le niveau de risque et l’évolution du cours de l’action. Les portefeuilles qui privilégient des valeurs bon marché, peu risquées, portées par une tendance positive et émises par des sociétés rentables ont tendance à surperformer les portefeuilles traditionnels fondés sur des indices pondérés par la capitalisation boursière.

Certains styles actifs de gestion de portefeuille discrétionnaire utilisent des approches similaires depuis longtemps. De nombreux gérants actifs qui ont fait leurs preuves s’appuient ainsi plus ou moins sur les mêmes critères pour affiner leur univers d’investissement avant de procéder à une analyse fondamentale et à la sélection des valeurs. Cette dernière étape est absente dans une approche purement systématique de l’investissement factoriel. Le recours à une approche systématique présente de nombreux avantages en termes de discipline d’investissement et de contrôle du risque.

Tout aussi important est le rôle que cette approche peut jouer pour neutraliser les biais cognitifs qui contribuent à expliquer pourquoi les différents facteurs d’investissement peuvent permettre une sélection de valeurs efficace. Nous pensons que tous les investisseurs devraient envisager une approche systématique de l’investissement factoriel, mais cette stratégie est particulièrement pertinente pour ceux qui doutent de la capacité des gérants fondamentaux à créer de la valeur par la sélection de titres. Pour ces investisseurs, l’investissement factoriel systématique constitue une alternative intéressante à la réplication d’indices pondérés par la capitalisation boursière.

Une approche objective exempte de biais cognitifs

Le principe de l’investissement factoriel est d’utiliser des critères prédéfinis pour sélectionner les valeurs. L’intérêt de recourir à une approche systématique est de pouvoir appliquer ces critères de manière objective et rationnelle, ce qui permet de prendre des décisions d’investissement sans subir l’influence des biais cognitifs. Dans la vidéo intitulée « Quel est l’impact des biais comportementaux sur nos choix d’investissement ? », nous montrons comment les biais cognitifs influencent nos décisions sans même que nous nous en rendions compte. C’est particulièrement le cas lorsque nous investissons.

Puissance de calcul et quantification du risque

Sélectionner une poignée de valeurs prometteuses à partir d’un univers comportant plusieurs centaines ou plusieurs milliers de titres peut être extrêmement difficile. Il n’est pas réaliste d’attendre d’un investisseur qu’il soit en mesure de digérer toutes les informations sur toutes les entreprises avant de prendre une décision d’investissement. Les équipes de gestion de portefeuille fondamentale doivent pouvoir s’appuyer sur des effectifs très nombreux ou avoir recours à une approche systématique pour ramener l’univers d’investissement à une taille gérable. Le recours à des approches quantitatives pour assimiler toutes les données et pour procéder à une sélection de valeurs fondée sur des critères connus pour leur pouvoir prédictif quant à la surperformance peut constituer une solution viable et doit être envisagé selon nous.

En outre, le recours à une approche d’investissement factoriel systématique offre des avantages qui vont bien au-delà de l’obtention d’une liste de valeurs davantage susceptibles de surperformer un indice. Par exemple, des algorithmes de construction de portefeuille qui minimisent l’impact des contraintes de portefeuille et l’impact des transactions sur le marché peuvent être utilisés pour déterminer l’allocation optimale pour chaque valeur présélectionnée. Le recours à une approche entièrement quantitative permet également de mieux contrôler l’allocation du risque à chacun des facteurs, autrement dit la mesure dans laquelle la sélection des valeurs et leur pondération découlent de chaque facteur. Il est ainsi possible de construire des portefeuilles multifactoriels dans lesquels l’allocation aux différents facteurs est rigoureusement contrôlée.

Un processus d’investissement compréhensible et transparent

La transparence constitue un autre avantage de l’investissement factoriel systématique. Il est intéressant de noter qu’il s’agit là d’un point qui n’est généralement pas associé aux processus de gestion quantitatifs, souvent parce que ces derniers sont mal compris ou rendus plus complexes qu’ils ne le sont. Le fait est que dans un cadre d’investissement factoriel systématique correctement conçu, la sélection d’une valeur pour le portefeuille doit pouvoir être entièrement expliquée. Il doit exister une traçabilité entre les positions et les critères de sélection de valeurs utilisés.

Le corollaire de cette transparence est qu’il devient possible de simuler la performance historique que l’allocation à un facteur spécifique aurait générée. Cette simulation historique peut être utilisée pour analyser précisément le profil de performance et de risque d’une stratégie, que ce soit de manière globale sur une longue période (depuis 1970 par exemple) ou sur des périodes spécifiques présentant un intérêt pour les tests de résistance (crise financière de 2008 par exemple).

Les simulations historiques doivent être utilisées avec prudence

Les investisseurs doivent se méfier des approches systématiques simplistes qui sont fondées sur une surestimation des performances passées de la stratégie et qui peuvent les amener à ignorer la vraie signification des critères utilisés ou la pertinence de l’échantillon historique utilisé pour les performances futures. Ce risque n’est pas négligeable car avec les données et les logiciels disponibles aujourd’hui, presque n’importe qui peut construire une stratégie erronée simplement basée sur la surestimation des performances passées et donc vouée à l’échec.

L’investissement factoriel, stratégie potentiellement très efficace, se situe à la croisée entre la gestion quantitative, qui consiste à utiliser des techniques systématiques reposant sur des règles prédéfinies, et la gestion discrétionnaire, qui permet une sélection de valeurs ciblée à partir d’un univers gérable. L’investissement factoriel s’affranchit généralement des biais cognitifs qui entravent notre capacité à prendre rapidement des décisions d’investissement et peut être déployé efficacement sur des univers d’investissement importants, tout en garantissant une grande transparence dans les décisions d’investissement.

Charles Cresteil

Investment Specialist (Fixed Income, Matières Premières et Smart Beta), THEAM

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*