Les dernières émissions hollandaises et hongkongaises donnent le feu vert à la croissance du marché mondial des obligations vertes

Post with image

Deux lancements récents et importants d’obligations vertes ont souligné l’intérêt, tant pour les émetteurs que pour les investisseurs, de ce marché en croissance à lever des fonds pour des projets verts alors que les acteurs du marché cherchent à contribuer à des projets respectueux de l’environnement (« verts ») et à une économie plus durable en général.


Marquant la première émission d’obligations vertes par un souverain noté AAA, les Pays-Bas ont émis une obligation d’environ 6 milliards EUR, tandis que de l’autre côté du monde, la RAS de Hong Kong Chine (notée AA +) a lancé une émission de 1 milliard USD dans le cadre de son programme d’obligations vertes de 13 milliards USD (100 milliards HKD).

Les gouvernements néerlandais et hongkongais ont indiqué qu’il y aurait de nombreuses émissions d’obligations vertes à l’avenir, ce qui permettrait à leurs obligations de s’envoler pour atteindre au moins 10 milliards EUR pour l’offre néerlandaise et 12 milliards USD pour Hong Kong. Ces tailles seraient en seconde position par rapport à l’OAT verte française de 16,5 milliards EUR. Après le lancement de cette obligation en 2017, l’OAT a fait de la France une force motrice dans la mise en œuvre des objectifs de l’accord de Paris sur le climat.

Les dernières obligations ont mis le marché des obligations climatiques sur les rails d’une hausse estimée à près de 50 % par rapport au total de 2018, ce qui illustre sa croissance rapide depuis l’introduction de la première obligation verte en 2007.

Meilleures pratiques en matière de finance verte

Nous pensons que les obligations vertes souveraines sont le véhicule financier idéal pour que les pays comblent l’écart entre les contributions déterminées au niveau national, qui sont au cœur de l’accord de Paris, et les marchés de capitaux de la dette. Ils représentent le « maillon manquant » car ils aident les pays à financer leurs besoins en infrastructures durables et vertes et leurs stratégies climatiques, tels que décrits dans les CND. Les obligations vertes souveraines permettront aux investisseurs et aux parties prenantes de suivre l’engagement des gouvernements en matière de politique budgétaire à l’appui de la transition vers une économie à faible émission de carbone.

L’obligation néerlandaise définit les meilleures pratiques en termes de crédibilité des références en matière de financement vert : C’est la première obligation souveraine certifiée par l’Initiative Climate Bonds. Au moins 70 % des recettes sont alignés sur la taxonomie actuelle de l’UE et concernent l’énergie propre et les transports durables. En outre, elle privilégie les investisseurs en monnaie réelle verte par rapport aux investisseurs réguliers, les Pays-Bas étant l’un des premiers émetteurs d’obligations vertes à accorder une allocation supplémentaire de 10 % aux investisseurs verts.

En ce qui concerne la question de Hong Kong, le produit sera géré par le Fonds de réserve pour les travaux d’équipement et sera utilisé pour financer ou refinancer des projets publics présentant des avantages évidents pour l’environnement : 95 % des fonds sont destinés aux déchets, à l’eau et aux bâtiments verts[1].

Une telle clarté sur les caractéristiques non financières d’une question est importante sur le marché des obligations vertes, et sur le marché du financement du développement durable en général, où l’incertitude et la confusion sur ce qui est réellement vert peuvent encore dissuader les investisseurs désireux de participer à un mouvement croissant vers une plus grande responsabilité en ce qui concerne les aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) de l’investissement.

Vers une plus grande transparence

Heureusement, il y a des progrès en matière de lutte contre le greenwashing dans un contexte d’amélioration de la transparence sur l’utilisation et la gestion des produits, sur l’évaluation des projets et sur le reporting conccernant les avantages environnementaux et sociaux des projets financés par des obligations vertes.

BNP Paribas Asset Management utilise son propre processus en deux étapes, en analysant les obligations vertes à l’émission (« ex ante ») afin de s’assurer qu’elles respectent une liste interne de secteurs et de projets éligibles. Cela implique de noter les émetteurs sur des critères tels que l’impact environnemental, le traitement des questions sociales et une gouvernance décente. Les obligations vertes émises par des entreprises et d’autres émetteurs ayant un score faible (dans les 10 % inférieurs) seraient laissées de côté. D’après notre expérience, nous savons que ces émetteurs échouent souvent à atteindre leurs objectifs de durabilité.

Pour ce qui est de l’éligibilité, il est très important d’être critique. A titre d’exemple, une obligation verte émise par un pays d’Europe de l’Est pour financer le remplacement des trains diesel par des locomotives électriques semblait louable. Cependant, la réalité était que 85 % de l’énergie du pays était générée à l’aide du charbon. Cela a disqualifié le projet de participation, conformément aux politiques sectorielles de BNPP AM.

Une fois qu’une obligation verte a été choisie pour l’investissement, nous analysons les rapports des émetteurs afin d’évaluer le résultat et l’impact réels des projets (ex poste). Tout au long de ce processus, nos analystes consultent et confrontent les émetteurs sur la mise en œuvre de leurs programmes d’obligations vertes, le non-respect se traduisant par des actions (en portefeuille).

Rassurer les investisseurs sur le fait que le vert est en fait vert

Une procédure aussi stricte devrait contribuer à rassurer les investisseurs sur le fait que ce dans quoi ils investissent est en fait vert. Elle contribue à renforcer la fiabilité des produits financiers « verts » (durables). La normalisation à l’échelle de l’industrie de la définition de ce qui est « vert » devrait être encouragée par l’introduction imminente d’une taxonomie européenne, apaisant le scepticisme des investisseurs quant à ce qui se trouve sous le flot toujours croissant de produits commercialisés comme « verts ».

Avec la taxonomie, l’UE vise à développer une large compréhension de ce qui est écologiquement durable. Le système de classification devrait encourager la recherche et le développement de technologies véritablement vertes et récompenser les entrepreneurs qui cherchent à rendre leur entreprise plus écologique. Il devrait améliorer la communication et permettre de mesurer les flux de capitaux vers les activités environnementales. Il devrait encourager les investissements là où ils sont le plus nécessaires.

En résumé, outre le potentiel de hausse des rendements du portefeuille, nous pensons que les obligations vertes présentent des avantages environnementaux et écologiques. Un autre avantage est que les obligations vertes peuvent contribuer au respect d’obligations légales ou réglementaires telles que celles contenues dans l’article 173 de la loi française sur la transition énergétique (et la future réglementation de l’UE) en permettant aux investisseurs de compenser les émissions de CO2 par d’autres produits de leurs portefeuilles.

Felipe Gordillo and Xuan Sheng Ou Yong

[1] www.hkma.gov.hk/eng/key information/press releases/2019/20190522-3.shtml

Lisez également le blog Corner des investisseurs sur les obligations vertes : Les « green bonds » : investir pour des bénéfices environnementaux et écologiques

Lisez également le blog Corner des investisseurs sur La taxonomie de l’UE : Le système métrique du 21ème siècle


Pour plus d’articles de Felipe Gordillo, cliquez ici >

Pour lire plus d’articles sur l’ISR, cliquez ici >

Découvrez les solutions d’investissement de BNP Paribas Asset Management: l’asset manager d’un monde qui change.

Global Sustainability Strategy

Notre vision de l’investissement durable

Felipe Gordillo

SRI Senior Analyst

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*