Que veut dire « vert » ? La taxonomie de l’UE le définit de manière plus précise

Post with image

En date du 18 juin, la Commission européenne a publié un rapport du groupe d’experts techniques (TEG) sur la finance responsable[1] qui prévoit un nouveau système de classification (taxonomie) des activités économiques respectueuses de l’environnement évaluées et classifiées en fonction de leur contribution aux objectifs de politique de l’UE liés au développement durable. Ces activités économiques comprennent les secteurs qui représentent plus de 93 % des émissions de gaz à effet de serre, dont notamment l’industrie, les services aux collectivités, les transports, la construction, l’immobilier, les technologies de l’information et de la communication, l’agriculture et la sylviculture.


La taxonomie de l’UE, qui sera continuellement actualisée et affinée, est un outil qui permet aux marchés de capitaux de repérer et de répondre aux opportunités d’investissement qui contribuent aux objectifs de politique environnementale de l’UE. Les décisions d’allocation de capital des investisseurs ou leur influence sur l’activité des entreprises contribueront de manière substantielle aux objectifs climatiques et aux Objectifs de développement durable (ODD) correspondants des Nations Unies.

Au moins 175 milliards d’euros seront nécessaires – chaque année

Bien qu’il n’existe pas de tableau complet de l’exposition financière aux changements climatiques ou des besoins d’investissement pour l’adaptation, les dangers climatiques ont déjà de graves conséquences économiques.[2] Le montant total des pertes économiques causées par les extrêmes météorologiques et climatiques s’est élevé à plus de 453 milliards d’euros pour la période 1980-2017 dans l’UE.[3]

Pour que l’Europe puisse lutter de manière efficace contre les changements climatiques, un investissement minimum de 175 milliards d’euros sera nécessaire chaque année, en provenance principalement du secteur privé. Dans le cadre de leurs financements et de leurs décisions d’investissement et par le biais de leur gestion des investissements, les investisseurs ont la possibilité d’influencer les décisions prises par les entreprises et les autres émetteurs de valeurs mobilières. Pour que les marchés de capitaux contribuent de manière efficace à ces grands objectifs de politique, il est de plus en plus nécessaire de développer et de renforcer la panoplie des outils disponibles. La taxonomie en fait partie.

La taxonomie et les investisseurs

Le short guide for users of the taxonomy (petit guide des utilisateurs de la taxonomie) dresse la liste de ses avantages pour les investisseurs, qu’ils soient institutionnels ou privés. La taxonomie permet notamment :

  • D’apporter de la clarté grâce à un langage commun utilisable par les investisseurs pour exprimer leurs attentes concernant leurs décisions d’investissement. Les entreprises et les promoteurs de projets peuvent s’en servir pour planifier et obtenir des financements et développer ainsi un portefeuille d’opportunités d’investissement durables. Tous peuvent l’utiliser pour éviter le « greenwashing » (ou « écoblanchiment ») involontaire.
  • De faire gagner du temps et de l’argent aux investisseurs et aux émetteurs. Les critères de la taxonomie ont été élaborés par des experts de l’environnement et de l’industrie et s’appuient sur les réflexions européennes et internationales les plus récentes. Cela permet aux investisseurs de se concentrer sur ce qu’ils font le mieux : analyser le risque et la rentabilité des investissements.
  • De faciliter différents styles et stratégies d’investissement. Les investisseurs qui commercialisent des fonds axés sur la protection de l’environnement peuvent ainsi investir dans des activités susceptibles de figurer dans la taxonomie ; dialoguer avec les entreprises sur la manière dont elles progressent vers les seuils de la taxonomie ; ou expliquer eux-mêmes comment ils réaliseront les objectifs du fonds. Investir dans des activités susceptibles de figurer dans la taxonomie n’est pas une obligation.
  • De replacer les données environnements dans leur contexte. Les investisseurs ont besoin de comprendre quelles sont les entreprises qui contribuent à la transition vers une économie à faible intensité de carbone ou qui améliorent la résilience face aux changements climatiques, et pas seulement les empreintes carbone.
  • De réduire le risque de réputation. En évitant les activités économiques qui compromettent les objectifs environnementaux, climatiques et sociaux plus généraux, les investisseurs peuvent réduire les risques de réputation et assurer la robustesse de leur stratégie.

Une orientation claire pour l’avenir

Helena Vines Fiestas, directrice adjointe de la durabilité chez BNP Paribas Asset Management et membre du groupe de travail du TEG sur la taxonomie, résume l’importance de ce nouveau système de classification : « en plus de rassurer les investisseurs institutionnels et individuels et de leur faire économiser du temps et des ressources à moyen et long terme, la taxonomie indique clairement aux entreprises la direction à suivre, en encourageant la R&D dans des technologies vertes reconnues de façon objective et en récompensant les entreprises qui s’efforcent de rendre leurs activités plus « vertes ».

Elle permettra de mesurer pour la première fois les flux de capitaux, privés et publics, nationaux et internationaux, vers des activités respectueuses de l’environnement en Europe et au-delà. Surtout, cet outil normalisé, fondé sur la science et les faits, permettra de favoriser l’investissement là où il est le plus nécessaire. »

[1] le TEG est un groupe d’experts issus de la finance, du monde universitaire, de la société civile et de l’industrie et désignés par la Commission européenne pour identifier les activités économiques durables et le niveau de performance environnementale performance qu’elles doivent atteindre.

[2] Agence européenne pour l’environnement, 2019

[3] Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe/E3G, 2019


Lire aussi La taxonomie de l’UE : Le système métrique du 21ème siècle par Helena Vines Fiestas

Pour lire plus d’articles sur l’ISR, cliquez ici >

Découvrez les solutions d’investissement de BNP Paribas Asset Management: l’asset manager d’un monde qui change.

Global Sustainability Strategy

Notre vision de l’investissement durable

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*