Des puits, des câbles et des roues : l’EROCI et le sombre avenir pour le pétrole

Post with image

Une nouvelle étude, conduite par Mark Lewis, responsable mondial de la recherche ESG, montre que le pétrole a besoin d’un point mort de 10-20 USD le baril à long terme pour rester compétitif dans le secteur de la mobilité automobile.

Dans un long article publié cette semaine, Mark introduit le concept de rendement énergétique du capital investi (Energy Return on Capital Invested – EROCI), axé sur le rendement énergétique d’une dépense de 100 milliards USD dans le pétrole et les énergies renouvelables, lorsque cette énergie est utilisée pour alimenter les voitures et autres véhicules utilitaires légers (VUL).

Pour une dépense donnée dans le pétrole et les énergies renouvelables, quelle quantité d’énergie utile est-elle transmise aux roues ?

Notre analyse indique que, à dépenses égales aujourd’hui, les nouveaux projets d’énergie éolienne et solaire en tandem avec des véhicules électriques à batterie produiront 6 à 7 fois plus d’énergie utile transmise aux roues que du pétrole à 60 USD le baril pour les véhicules utilitaires légers à essence, et de 3 à 4 fois plus qu’avec du pétrole à 60 USD le baril pour les véhicules utilitaires légers diesels.

En conséquence, l’étude estime que le point mort à long terme du prix du pétrole pour que l’essence reste compétitive en tant que source de mobilité est de 9 à 10 USD le baril, et de 17 à 19 USD le baril pour le diesel.

Le pétrole a un énorme avantage en termes de débit, mais cela ne durera pas

L’industrie pétrolière est tellement imposante que les quantités disponibles à l’achat sur le marché au comptant peuvent fournir des flux d’énergie très importants et effectivement instantanés. En revanche, l’énergie produite par les nouveaux projets éoliens et solaires s’entend sur une durée d’exploitation de 25 ans. Néanmoins, nous pensons que le pétrole ne peut rivaliser avec les énergies renouvelables lorsque l’on considère l’ensemble du cycle.

Les avantages économiques et environnementaux devraient rendre irrésistible l’utilisation des énergies renouvelables en association avec les véhicules électriques

La conclusion de notre analyse est sans appel : si nous construisons aujourd’hui le système énergétique mondial à partir de zéro, une infrastructure de transport routier construite autour de véhicules électriques alimentés par l’électricité générée par le vent et le soleil s’imposerait d’elle-même.

L’avenir incertain du pétrole

Avec 36 % de la demande de pétrole brut aujourd’hui représentée par les véhicules utilitaires légers et les autres catégories de véhicules susceptibles d’être électrifiés, et 5 % de plus par la production d’électricité, l’industrie pétrolière n’a jamais été confrontée au genre de menace que l’électricité renouvelable associée aux véhicules électriques fait peser sur son modèle économique à savoir une source d’énergie concurrente qui :

  1. a un coût marginal à court terme de zéro,
  2. est beaucoup plus propre pour l’environnement,
  3. est beaucoup plus facile à transporter, et
  4. pourrait facilement remplacer jusqu’à 40 % de la demande mondiale de pétrole si elle était suffisamment développée.

Nous concluons que les chiffres du pétrole concernant les véhicules fonctionnant à l’essence et au diesel connaissent aujourd’hui un déclin ininterrompu et irréversible par rapport à ceux des véhicules électriques fonctionnant à l’énergie éolienne et solaire, avec des incidences profondes, tant pour les décideurs politiques que pour les grandes compagnies pétrolières.

Un avertissement de l’industrie européenne des services aux collectivités.

Si tout cela semble exagéré, alors la vitesse à laquelle le paysage concurrentiel de l’industrie européenne des services aux collectivités a été remodelé au cours de la dernière décennie par le déploiement de l’énergie éolienne et solaire – et les milliards d’euros d’actifs liés à la production de combustibles fossiles qui se sont retrouvés « bloqués » (« stranded assets »)– devrait être tel un voyant rouge sur le tableau de bord de l’industrie pétrolière.

Cliquez ici pour accéder à la version complète du livre blanc « Wells, Wires, and Wheels… – EROCI and the Tough Road Ahead for Oil » (en anglais)


Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

Mark Lewis

Global Head of Sustainability Research, BNP Paribas Asset Management

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*