La création de logiciels ou la force de rupture dominante des marchés d’actions

Post with image

Cet article a été rédigé par Impax Asset Management, une société de gestion spécialisée dans la transition vers un développement plus durable. 

La création de logiciels est aujourd’hui perçue comme le moteur de la quatrième révolution industrielle, après l’invention du moteur à vapeur, de la production de masse et de l’ordinateur. En effet, les logiciels permettent de récolter des données de production, de les analyser et de rendre les processus encore plus efficaces – non seulement en termes de délais mais aussi de durabilité. Les développements fulgurants observés dans le domaine du développement de logiciels ont donné naissance à une série de concepts tels que le « tout connecté » et « l’internet des objets ».

Ecosystèmes de logiciels : la clé du succès

Et cette révolution ne fait que commencer. Il n’y a encore pas si longtemps que cela, la plupart des produits étaient fabriqués par des machines contrôlées individuellement par des personnes. Aujourd’hui, les logiciels créent des écosystèmes qui permettent aux machines de « communiquer » entre elles. D’ailleurs, les analystes pensent que les entreprises industrielles capables de créer de tels écosystèmes efficaces auront une longueur d’avance. Aussi n’est-il pas surprenant de voir les grands groupes industriels traditionnels développer des écosystèmes de logiciels dès le départ afin d’améliorer l’efficacité de leurs processus (exemple : General Electric), pendant que les sociétés de création de logiciels traditionnelles sont en train de développer des produits industriels (exemple : Microsoft).

Les sociétés de création de logiciels peuvent s’appuyer sur leurs connaissances actuelles et décliner leur expertise en une grande diversité d’applications. En revanche, l’aspect création est un territoire encore nouveau pour les acteurs industriels. Il est dès lors important pour les investisseurs de s’assurer que les entreprises industrielles, qui ne parviendraient pas à développer seules des écosystèmes de logiciels efficaces, auront le réflexe (à temps) de nouer un partenariat avec une entreprise spécialisée dans la création de logiciels. Toutes les grandes marques automobiles sont à présent actives dans la Silicon Valley. Pour les développeurs, le passage à la production industrielle peut s’avérer plus compliqué. On ne peut pas dire que Google Cars ait pris un bon départ pour l’instant.

Ecosystèmes de logiciels : économies d’échelle et barrières à l’entrée

Il apparaît donc que les entreprises capables de développer un bon écosystème se donnent les moyens d’évoluer vers une situation de monopole. La suite de logiciels Microsoft Office ou le navigateur Google en sont des exemples. Mais ce n’est pas tout. Un modèle d’entreprise articulé autour d’un logiciel performant offre une foule d’avantages. Au niveau financier tout d’abord, les sociétés de développement de logiciels ont généralement des coûts (fixes) plus bas, des revenus (liés aux services) plus stables, une marge bénéficiaire plus régulière et un endettement plus faible. En outre, au niveau opérationnel, les gains sont intéressants. Les activités sont plus faciles à moduler à la hausse comme à la baisse et un bon écosystème de logiciels facilite l’accès aux réseaux et dresse des barrières élevées à l’entrée pour les nouveaux arrivants. Enfin, pour l’investisseur, les revenus sont plus stables et la trésorerie plus saine.

Revenons au rôle d’un écosystème de logiciels destiné à rendre les processus plus durables. Plus de 70 % de l’eau dans le monde est utilisée pour l’agriculture. Par ailleurs, près de 35 % des denrées alimentaires produites n’arrivent jamais jusqu’à nos assiettes. Si nous pouvons résoudre ces gros problèmes de gaspillage au moyen de logiciels intelligents, le monde n’en sera que meilleur. Pensons par exemple aux systèmes d’irrigation munis de détecteurs et aux compteurs d’eau intelligents. Les logiciels capables de prédire précisément les besoins de maintenance peuvent contribuer à réduire le gaspillage d’eau créé par des systèmes d’irrigation qui n’ont pas été rénovés à temps. Pour les fermiers, les logiciels peuvent apporter une valeur ajoutée telle que l’optimisation des matières premières, des techniques et dates de récolte. John Deere a développé un logiciel GPS conçu spécifiquement pour le matériel de récolte qui montre exactement comment les machines doivent se déplacer afin d’économiser du carburant. Ces évolutions logicielles contribuent à la naissance des « fermes connectées ».

La recherche montre qu’il est possible d’économiser 80 % de l’énergie consommée dans les bureaux en utilisant des systèmes d’éclairage connecté. De même, des économies substantielles sont possibles dans les « villes intelligentes ». En effet, si tous les systèmes d’éclairage des infrastructures, maisons et bureaux étaient interconnectés, il serait possible d’économiser jusqu’à 30 % d’énergie. Les logiciels intelligents peuvent régler l’éclairage en vitrine lorsque des clients passent devant le magasin. Cette technique permettrait d’augmenter les ventes et la satisfaction des clients. L’accent mis sur le développement durable incite les fabricants d’ampoules électriques à développer les systèmes d’éclairage connecté, dès lors que les ampoules de longue durée n’auront plus la cote.


Cet article est tiré d’une interview de David Winborne – Senior Portfolio Manager chez Impax Asset Management, filiale de BNP Paribas Asset Management – parue dans le Financial Investigator (numéro 7, 2017). David y présente la création de logiciels comme une force de rupture exerçant un impact majeur sur le développement de pratiquement toutes les entreprises. David explique également comment Impax, leader mondial des investissements durables, considére les logiciels comme un thème à part entière dans les processus d’investissement.

Pour plus d’informations sur nos solutions d’investissement durables, consultez le site www.bnpparibas-am.be.

 

David Winborne

Senior Portfolio Manager, Director, Impax Asset Management

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*