La retraite se savoure dans la durée

Post with image

La longévité n’a cessé d’augmenter dans les pays de l’OCDE continuant de mettre à mal les systèmes de retraite par répartition, qui ont tendance depuis quelques années à reculer l’âge de départ à la retraite. En 2012, la durée de vie moyenne d’une personne retraitée est de 18 ans pour les hommes et 22,5 ans pour les femmes dans les pays de l’OCDE, soit une augmentation d’environ 8 ans depuis 1970.

Estimation du nombre d’années de retraite des hommes et des femmes de 1970 à 2012

Estimation du nombre d'années de retraite des hommes et des femmes de 1970 à 2012

Source : Panorama des pensions de l’OCDE 2013

Si cette situation rend la question du financement de cette période de la vie encore plus difficile, en imposant l’augmentation de l’épargne individuelle durant la phase d’accumulation, elle pose également la question de l’utilisation optimale de l’épargne accumulée au moment du départ à la retraite. Plusieurs solutions coexistent, les plus classiques étant les suivantes :

1. Garder son épargne sur des placements sécurisés à court terme, sur lesquels il est possible de faire des retraits en fonction de ses besoins

  • Avantages : liquidité et absence de risque en capital
  • Inconvénients : pas de protection contre l’inflation ; risque de perte du pouvoir d’achat (aujourd’hui les taux d’intérêts sont négatifs en-deçà d’une maturité de 5 ans)

échéance

Source : Bloomberg

 2. Acheter une annuité en rente viagère ou pas, avec ou sans réversion

  • Avantage : sécuriser un montant connu de revenus mensuels pour soi et éventuellement son conjoint ou la personne de son choix
  • Inconvénients : dépend du niveau des taux d’intérêts (et de l’inflation) au moment de l’achat de la rente et de la table de mortalité ; le contexte actuel de taux bas n’est pas très favorable

3. Investir dans des actifs distribuant des revenus

  • Avantages : permet de recevoir un revenu annuel plus élevé que celui offert par les actifs sans risque, grâce à une exposition à des actifs risqués qui distribuent des coupons (obligations) et/ou des dividendes (actions) ou des revenus (immobilier, côté ou pas); permet généralement de se protéger contre l’inflation
  • Inconvénient : le rendement plus ou moins élevé de ce type d’investissement se fait au prix d’une volatilité plus ou moins élevée et donc d’un risque de perte en capital. Néanmoins, dans la gestion d’actifs, les solutions proposées intègrent une gestion du risque, modérant cet inconvénient sans toutefois l’éliminer.

Ce type de solution trouve toute sa place dans une allocation d’actifs à vocation patrimoniale.

4. Planifier ses besoins futurs et répartir son épargne dans des fonds à horizon de maturité croissante couvrant tout ou une partie de son espérance de vie durant la retraite

  • Avantage : permet d’ajuster plus finement la prise de risque à son horizon d’investissement prédéterminé
  • Inconvénient : même si les fonds à horizon intègrent une gestion du risque (l’allocation en actifs risqués baisse au fur et à mesure qu’on se rapproche de la date de maturité du fonds), une forte volatilité des marchés financiers peut affecter ponctuellement la performance de ces fonds
  • Alternative : le recours à des fonds à horizon offrant une protection partielle en capital est une solution permettant une plus grande visibilité sur le capital disponible dans le futur.

Finalement, une solution optimale de décumulation ne peut être qu’une combinaison sur mesure des solutions évoquées, en fonction des besoins futurs de chacun. Néanmoins, un certain nombre de règles peuvent être envisagées :

  • Le capital accumulé n’est pas utilisé le jour de son départ à la retraite
  • Il est donc utile de planifier ses besoins dans le temps
  • Cette planification peut permettre une allocation plus rationnelle de son épargne. En effet, cela permet de continuer de prendre des risques sur une partie de son capital qui pourra être disponible à des horizons suffisamment lointains pour être compatible avec la captation des primes de risque des actifs risqués et avec leur liquidité

Tout ceci doit être mis en place dans un cadre fiscal optimisé avec un impact non négligeable sur la performance de ses investissements et sur les problématiques de succession.

Alain Jaques

Product Strategy Manager, Retirement Specialist

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*