L’année 2019 s’est bien terminée

Post with image

En 2019, les actions mondiales ont progressé de 24,1 % (indice MSCI AC World en dollars), ce qui correspond à la quatrième plus forte hausse annuelle depuis 1987, date de création de cet indice. La hausse a été généralisée sur les marchés boursiers et les obligations n’ont pas été en reste.

  • En décembre, les actions mondiales ont gagné 3,4 % (indice MSCI AC World en dollars) malgré un effritement en toute fin d’année dans des volumes de transactions très limités.
  • Le rendement du Bund allemand à 10 ans, qui s’établissait à -0,36 % fin novembre, a terminé le mois à -0,19 %, soit une tension mensuelle de 17 pb.
  • Le mois a été caractérisé par une dépréciation du dollar, face aux devises développées (-1,9 % pour l’indice DXY) comme émergentes (-2,5 % face à un panier de 10 devises) sur fond d’environnement mondial jugé moins risqué.

Les premières séances de décembre ont été marquées par des variations erratiques des actions après de nouvelles alertes sur le commerce mondial. Des informations évoquaient alors le report d’un accord avec la Chine après les élections américaines tandis que Donald Trump menaçait de taxer certains produits en provenance de l’Union européenne. Par la suite, les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis ont rapidement connu un développement favorable.

Donald Trump a évoqué un « très large accord » et les dirigeants chinois ont confirmé qu’un accord partiel (dit de « phase 1 ») pourrait être conclu. Les nouvelles hausses des droits de douane sur les produits chinois (dont des biens électroniques), qui devaient entrer en vigueur le 15 décembre, ont été annulées. Les droits de douane en place depuis le 1er septembre ont été réduits. Une semaine plus tard, la Chine a annoncé une réduction des taxes sur les exportations américaines en 2020 (biens agricoles dès janvier, produits technologiques en juillet). Une signature de l’accord est désormais attendue début 2020, le 15 janvier selon une annonce du Président Trump.

Les autres facteurs qui ont gouverné les évolutions des marchés financiers au cours des derniers mois ont facilité la progression des actions mondiales en décembre.

D’une part, la perception de la conjoncture économique s’est améliorée grâce à la publication de données supérieures aux attentes qui ont éloigné les craintes de récession.

D’autre part, les grandes banques centrales (Fed et BCE en particulier), tout en établissant un diagnostic assez favorable sur la croissance, ont fait comprendre que la politique monétaire resterait accommodante en 2020.

Une belle conclusion pour une belle année

Au sein des marchés développés, les indices américains ont surperformé et établi de nouveaux records en clôture. La décision de la Chambre des Représentants de renvoyer Donald Trump devant le Sénat en vue de son procès en destitution n’a pas pénalisé les actions. Le S&P 500 termine le mois en hausse de 2,9 %. Les secteurs les plus recherchés ont été l’énergie, en raison de la hausse de 10,7 % des cours du pétrole (à 61 dollars le baril pour le WTI), la technologie et la santé.

En Europe, la plus forte hausse a été enregistrée par le Footsie 100 britannique suite à la victoire historique du parti conservateur aux élections du 12 décembre qui offre une large marge de manœuvre à Boris Johnson pour organiser la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

L’indice Eurostoxx 50 affiche une hausse de 1,1 % qui porte sa progression annuelle à 24,8 %. En France, le CAC 40 (+1,2 %) a clôturé à plusieurs reprises au-dessus de 6 000 points, ce qui ne s’était plus produit depuis 12 ans, et a gagné 26,4 % en 2019. Malgré l’amélioration des enquêtes d’activité en Allemagne, l’indice Dax termine pratiquement à l’équilibre en décembre (+0,1 %). Le changement à la tête du parti social-démocrate (SPD) a semblé fragiliser la coalition de gouvernement, ce qui explique peut-être la prudence des investisseurs alors que le pays a flirté avec la récession. Parmi les actions de la zone euro, les secteurs les plus sensibles à la remontée des taux longs ont sous-performé, voire baissé (télécoms). A contrario, les valeurs cycliques et les banques ont nettement surperformé.

Au Japon, l’indice Nikkei 225 a gagné 1,6 % en décembre et 18,2 % en douze mois. Les valeurs cycliques et les titres des entreprises exportatrices ont surperformé. Les inquiétudes sur l’évolution des dépenses des ménages après la hausse du taux de TVA début octobre ont pesé sur les valeurs domestiques.

Graphique 1 : Performances totales en 2019 (% en devises locales au 31/12/2019)

Tensions limitées sur les taux longs

Pour la dernière séance de 2019, le rendement du Bund à 10 ans allemand est brusquement passé de -0,25 % à -0,19 % dans de très faibles volumes de transactions. Une évolution plus significative était intervenue à l’occasion de la réunion de politique monétaire de la BCE du 12 décembre.

Les commentaires de Christine Lagarde ont convaincu les investisseurs qu’une longue période de statu quo sur les taux directeurs allait être observée. Le diagnostic sur la croissance est assez positif mais les prévisions d’inflation à moyen terme restent très prudentes. La légère amélioration des indicateurs économiques, en particulier les enquêtes d’activité en Allemagne, a contribué au changement d’orientation des taux longs.

Ces variations n’ont pas donné lieu à une sous-performance des marchés périphériques malgré un contexte politique un peu plus agité.

Graphique 2 : Evolution des taux longs au 31/12/2019

Après le bilan, vient le temps des perspectives

Même si certains risques paraissent avoir été éloignés à court terme, les événements survenus fin 2019 ne nous semblent pas constituer un changement radical.

La signature d’un premier accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine en janvier serait une bonne nouvelle mais d’autres aspects touchant les relations entre les deux géants vont continuer à être négociés et la pression américaine pourrait s’exercer sur d’autres partenaires commerciaux.

L’année électorale aux Etats-Unis ouvre une phase d’incertitudes où l’attention des investisseurs en actions devrait se reporter sur le déroulé des primaires au sein du Parti démocrate. Les sondages et les résultats des consultations des électeurs démocrates dans les Etats-clés pourront provoquer des mouvements erratiques des actions.

Le procès en destitution de Donald Trump, qui va s’ouvrir en janvier par la lecture des chefs d’accusation, a de fortes chances de déboucher sur un acquittement dans la mesure où le Parti républicain est majoritaire au Sénat. Cette situation très particulière pour un président sortant est toutefois de nature à renforcer les doutes sur l’issue du scrutin de novembre, chaque étape du processus donnant lieu à de nombreux commentaires.

Du point de vue économique, les perspectives se sont éclaircies au cours des dernières semaines. L’amélioration des enquêtes d’activité a éloigné les craintes de récession qui avaient amené les taux longs à de très bas niveaux au cours de l’été.

Nous réitérons notre message d’une croissance modeste mais réelle en 2020. Les banques centrales devraient maintenir une position accommodante mais le risque d’une accélération de l’inflation ne peut être totalement écarté.

L’environnement reste a priori plutôt favorable aux actifs risqués à moyen terme mais plusieurs éléments imposent de conserver une approche très réactive et de diversifier l’allocation d’actifs pour faire face à des scénarios alternatifs.


Lisez nos Perspectives d’investissement 2020 « Hôtel California : Pas de sortie du« QE »»

Pour lire plus d’articles de Nathalie Benatia, cliquez ici >

Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication. Elles émanent des informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement autres en fonction des clients.

Nathalie Benatia

Macroeconomic Content Manager

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*