Le développement humain, source de défis et d’opportunités

Post with image

D’ici à 2050 – c.-à-d. dans moins de deux générations – le monde abritera 2,3 milliards d’habitants supplémentaires qui, comme les 7,2 milliards actuels, auront besoin d’un accès à la nourriture, à l’eau, à des installations sanitaires propres, à un logement décent, à un revenu, aux soins de santé et à une éducation de qualité. Plus de 70 % habiteront en ville et une personne sur cinq sera âgée de plus de 60 ans. Rien qu’aux États-Unis, les dépenses en soins de santé exploseront, atteignant les 6 000 milliards de dollars – soit un tiers du PIB actuel.

Ces problématiques représentent quelques-uns des grands défis qui pourraient porter atteinte à la qualité du développement humain et social. De toute évidence, elles ne concernent pas uniquement les pays développés, mais aussi les marchés dits émergents, qui, proportionnellement, connaîtront la plus forte croissance de l’urbanisation avec son lot de difficultés. De même, l’accès à l’éducation, l’amélioration des conditions de vie et la fourniture de soins de santé à prix abordable y seront proportionnellement plus prégnants.

Exploiter l’énorme potentiel de croissance

Les sociétés dont le cœur de métier est de surmonter ces défis devraient connaître une croissance robuste pendant de longues années. En tant qu’investissement durable et socialement responsable (ISR), le développement humain offre non seulement un potentiel de croissance élevé, mais aussi la possibilité de contribuer au développement social durable et à l’amélioration du niveau de vie.

Selon nous, le développement humain poursuit un double objectif. D’une part, répondre aux besoins fondamentaux de tout un chacun pour que le plus grand nombre ait accès à une alimentation de bonne qualité et à prix raisonnable, à l’eau potable, aux normes minimales d’hygiène, aux soins de santé de base à des tarifs acceptables, à l’éducation et à la formation. D’autre part, participer à la résolution des problèmes de société qui pèsent sur l’humanité, à savoir apporter des solutions aux enjeux tels que le vieillissement de la population, la création et la commercialisation de médicaments de nouvelle génération, la poursuite d’une croissance durable et responsable de l’économie et des infrastructures.

Lors du développement de cette stratégie, nous avons identifié un univers d’investissement composé de 293 sociétés sur les marchés développés actions que nous avons ensuite passées au crible sur la base de critères ISR stricts. Au moins 20 % du chiffre d’affaires des sociétés sélectionnées doit provenir de la recherche de solutions liées au thème du développement durable.

Un large champ d’activité

Ces sociétés se distinguent par leur gestion efficace et responsable et qui contribuent déjà à répondre aux besoins humains fondamentaux et à résoudre les problèmes de société. Leur champ d’activité couvre un large éventail de secteurs : alimentation, eau, gestion des déchets, soins de santé, industrie pharmaceutique, éducation, logement, développement d’une urbanisation, d’infrastructures et de systèmes de transport durables.

Seules les entreprises qui respectent les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) et les valeurs de sécurité sont prises en considération. Prenons le secteur des soins de santé par exemple. Pour la dimension sociale, nous accordons une grande attention à la disponibilité, à l’accessibilité (mécanismes de prix flexibles) et à la sécurité des produits (transparence des essais cliniques, étiquetage). Sur les questions de gouvernance, nous nous intéressons tout particulièrement aux cas de fraude et de corruption, qui ont été largement répandues au sein du secteur dans un passé assez proche, aux pratiques concurrentielles déloyales (antitrust, violation de brevet) et au lobbying de la santé publique. La pierre angulaire de notre approche d’investissement est notre engagement auprès des sociétés, grâce auquel nous essayons d’orienter leurs politiques lors de débats ouverts.

Nous pensons que les sociétés qui placent la protection de l’environnement, les relations de travail et la gouvernance d’entreprise en haut de la liste de leurs priorités sont mieux armées pour gérer les crises, s’adapter aux nouvelles réglementations et tirer parti des développements liés aux nouvelles technologies.

Une source de diversification

Le potentiel de performance de ce thème d’investissement a encore de beaux jours devant lui. Les défis auxquels est confrontée l’humanité illustrent toutes les tendances à long terme qui sont susceptibles de générer une croissance substantielle pour les entreprises qui opèrent dans ces domaines. Du point de vue de la théorie de portefeuille, la séparation entre sources beta (exposition au marché) et alpha (sélection de valeurs) est très profitable à ce thème d’investissement. Outre un potentiel de croissance élevé, ce style de gestion offre une source de diversification intéressante qui permet de réduire le risque global et d’accroître la performance corrigée du risque des portefeuilles d’investissement.

Giordano Beani

CFA, Senior Manager of SRI global equity portfolios

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*