L’éolien offshore : une solution au défi de la transition énergétique

Post with image

Le 17 août 2015, la loi de transition énergétique pour la croissance verte a été promulguée en France. Celle-ci fixe notamment l’objectif de porter à 40%, d’ici 2030, la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité alors qu’elle n’était que de 19% en 2016.

L’une des solutions pour remplir cet objectif ambitieux est de développer l’éolien offshore, surtout dans sa version « éolien flottant »

Selon une étude réalisée par deux chercheurs de l’Institut Carnegie, Anna Possner et Ken Caldeira, l’implantation d’éoliennes offshore dans l’Atlantique Nord sur une surface grande comme l’Inde (soit 3 287 000 km2) permettrait de fournir à l’humanité toute l’énergie qu’elle consomme.

L’Europe, surtout sur sa façade Atlantique, est, en effet, particulièrement bien exposée à la force des vents. Le développement de l’éolien flottant permettrait de pouvoir exploiter pleinement, surtout en eaux profondes, la surface de sa zone protégée (appelée plus exactement Zone Economique Exclusive), c’est-à-dire celle qui s’étend en de ça de 370 km au large de ses côtes. La zone protégée de la façade Atlantique de l’Europe couvre une superficie de 3 150 000 km2, celle de la France 539 000 km2.

En comparaison avec ses partenaires européens, la France est en retard dans le domaine de l’éolien offshore posé, mais elle entend devenir « leader » dans celui de l’éolien offshore flottant. Elle a commencé les études d’opportunité en de nombreux endroits. Par exemple, le projet de parc éolien au large de Fécamp en Normandie produirait, selon les estimations,  498MW d’énergie avec ses 83 éoliennes installées en mode flottant et permettrait de fournir en électricité circa 770 000 personnes, soit l’équivalent, peu ou prou, d’une ville comme Marseille. Le pays disposerait ainsi, d’un potentiel rapidement mobilisable de 6 000MW en éolien flottant, correspondant à environ 6 réacteurs nucléaires

De nouvelles solutions pratiques de production d’énergies alternatives semblent donc voir le jour grâce à des avancées technologiques encore incertaines il y a peu. Relever le défi du réchauffement climatique, tâche hors du commun ainsi présentée à l’humanité, ne serait-il donc plus hors d’atteinte?


Rédigé le 10/11/2017

Alexandre Jeanblanc

Investment Specialist, SRI

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*