Petites capitalisations nordiques : de belles opportunités à saisir

Post with image

Les actions de sociétés de petite capitalisation (small caps) des pays nordiques cotées sur les Bourses de Suède, de Norvège, de Finlande et du Danemark ont procuré de solides rendements au cours des dernières décennies. Pourtant, elles restent très peu suivies par les analystes. Dans un livre blanc récent, nous avons discuté de l’important potentiel que recèlent les petites capitalisations des pays nordiques et expliqué pourquoi nous estimons qu’il convient de privilégier une approche de gestion active pour exploiter au mieux les inefficiences inhérentes à ce marché.

 

Surperformance des actions des pays nordiques sur une longue période

Sur la période allant de 1965 à 2014, les marchés d’actions des pays nordiques ont surpassé leurs homologues des États-Unis et d’Europe ainsi que les actions internationales.

Graphique 1 : les rendements réels (sur base annualisée) d’une sélection de marchés actions, pour la période entre 1965 et 2014.

CredSuisse

Grâce à leur richesse en ressources naturelles, à leur environnement macroéconomique sain et à leur culture de l’innovation développée, les pays nordiques offrent un contexte propice à la croissance et aux performances boursières. La surperformance sur une longue période des actions nordiques peut notamment s’expliquer par la stabilité politique, la solidité des données économiques et financières, la diversité des ressources naturelles et la petite taille des marchés domestiques de la région. Ces facteurs ont poussé les entreprises des pays nordiques à s’internationaliser et à devenir très compétitives.

Les atouts de la région sont largement reconnus. Le Danemark est le pays le moins corrompu du monde et occupe la 4e place dans le classement de l’indicateur de facilité de faire des affaires (Ease of Doing Business). La Finlande offre le meilleur système éducatif du monde selon l’OCDE et a été élue « meilleur pays du monde » par le magazine américain Newsweek. La Suède est le pays « le plus innovant du monde » et présente le troisième taux de mortalité infantile le plus bas du monde. La Norvège occupe le 3e rang mondial en termes de PIB par habitant et se hisse sur la plus haute marche du podium dans le classement de l’indice de développement humain des Nations unies.

Principaux attraits

L’un des principaux attraits de l’investissement dans les petites capitalisations réside dans le potentiel de croissance plus importante de ces sociétés évoluant du stade d’entreprises en démarrage ou en développement à celui de sociétés matures. Il est en effet plus aisé de croître à partir d’un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros que de 50 milliards d’euros. En investissant dans cette classe d’actifs, il est donc possible de capter les performances des nouveaux secteurs en essor et de bénéficier de la gestion entrepreneuriale inhérente aux entreprises de taille modeste.

Graphique 2 : les différentes phases dans le cycle de croissance d’une entreprise (et la classification par catégorie des marchés d’actions).

business cycle

La région nordique détient une longue liste de sociétés qui ont connu un tel succès à l’échelle mondiale dans les secteurs de l’industrie et des biens de consommation (IKEA, Tetrapak, Electrolux, H&M, Volvo, Novo Nordisk, Statoil…) ou dans le domaine des technologies (Spotify, Skype, King [Candy Crush Saga], Rovio [Angry Birds], Mojang [Minecraft], Ericsson et Nokia). Nous ne voyons pas d’obstacle à ce que des réussites similaires se produisent dans un proche avenir.

Graphique 3 : répartition sectorielle de l’indice Carnegie Nordic Small Caps

SectorSplit

Solide historique de performance des petites capitalisations nordiques

Selon la théorie financière, les small caps des pays développés devraient produire des performances supérieures à celles des grandes capitalisations sur le long terme, moyennant une volatilité plus prononcée. Pour la vérifier, Alfred Berg a conduit une analyse de performance en utilisant les indices Russell 2000 et S&P 500  représentatifs respectivement des petites et grandes capitalisations américaines. Pour la représentation des petites et grandes valeurs européennes, nous avons utilisé les indices MSCI Europe Small Cap et MSCI Europe. Nous avons également considéré le Carnegie Nordic Small Cap Index et l’indice VINX 30  qui est représentatif des grandes capitalisations nordiques. Les résultats que nous avons obtenus ont montré que les petites capitalisations avaient nettement surperformé les grandes valeurs en termes de performances annualisées au cours des quinze dernières années, en n’affichant qu’une volatilité légèrement plus élevée. Il en résulte que les petites capitalisations ont produit la plus forte performance ajustée du risque.

Graphique 4 : les rendements annualisés sur 15 ans d’une sélection de marchés d’actions comparés à leur écart type (annualisé) sur cette période.

Annualized

Bon comportement des petites capitalisations nordiques à l’issue des récessions

Outre leur rendement et risque potentiels, les petites capitalisations nordiques présentent également un meilleur historique de performance que les grandes au sortir d’une phase baissière des marchés. À titre d’illustration, après l’éclatement de la bulle technologique, elles ont rebondi de 28 % en 2004, contre 11 % pour les grandes capitalisations. Elles se sont également ressaisies plus rapidement après la crise financière récente, avec une performance de +68 % en 2009, contre +33 % pour les grandes capitalisations.

Graphique 5 : les rendements des large caps nordiques (ligne bleue) comparés aux rendements des small caps nordiques (ligne verte) pour la période entre 2001 et juin 2015.

Alfred

Les petites entreprises sont généralement plus agiles et plus promptes à modifier leur stratégie et à repositionner leurs produits que les grandes sociétés. Elles peuvent donc rapidement augmenter leurs effectifs et leur production quand l’activité économique commence à s’améliorer.

Par le passé, les small caps nordiques ont enregistré une forte croissance des bénéfices 

Les petites capitalisations ont fortement surperformé les grandes valeurs et les indices boursiers mondiaux au cours des dernières décennies, tant en termes de performances absolues que de performances corrigées du risque. Cette tendance est à mettre sur le compte des perspectives de croissance plus fortes des sociétés de taille modeste. De par leur flexibilité et leur gestion entrepreneuriale, les petites entreprises sont souvent à même de saisir des opportunités commerciales et de s’adapter aux changements de tendance, ce qui se reflète dans des taux de croissance plus soutenus de leur chiffre d’affaires et de leurs bénéfices.

Graphique 6 : la croissance moyenne des revenus combinés (earnings per share) sur
5 ans d’une sélection de marchés d’actions
de petites capitalisations

ABG

Sur la base des performances historiques sur une longue période et des fondamentaux actuels, nous estimons que l’investissement dans les petites capitalisations nordiques peut générer des performances à long terme supérieures à la moyenne.

Par ailleurs, le volume croissant de liquidités détenues par les grandes entreprises et les nombreux signes de reprise de l’activité de fusions-acquisitions à l’échelle mondiale, pourraient bénéficier aux performances des petites et moyennes capitalisations dans la période à venir. Notre analyse suggère que la recherche des sociétés qui auront la faculté de se développer pour figurer dans le prochain « Top 20 » des entreprises d’ici cinq à dix ans pourrait générer le plus fort retour sur investissement.

Investir dans les petites capitalisations nécessite une approche de gestion active

Le compartiment des petites capitalisations nordiques est très peu suivi par les analystes financiers. L’indice de référence le plus couramment utilisé (Carnegie Nordic Small Cap Index) est constitué de quelque 575 sociétés, dont près de la moitié est couverte par un seul analyste ou n’est pas suivie du tout.

Graphique 7 : le nombre d’analystes moyen couvrant les titres par capitalisation boursière.

VINX 30 INDEX

Le manque de suivi de ce segment du marché boursier peut aboutir à des inefficiences et des anomalies de valorisation importantes, qu’il est possible d’exploiter grâce à un solide dispositif de recherche interne et une approche de gestion active.

Si vous souhaitez obtenir une version complète du livre blanc sur lequel cet article est basé, merci de contacter : Baptiste Keller : baptiste.keller@alfredberg.com

Petter Löfqvist

Senior portfolio manager, Alfred Berg

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*