L’ultime question de l’ancrage du dollar de Hong Kong

Post with image

Les récentes turbulences sociopolitiques ont incité les investisseurs à se poser l’ultime question de l’ancrage du dollar de Hong Kong : la Chine a-t-elle encore besoin de Hong Kong et, par conséquent, de l’ancrage du dollar de Hong Kong ?

  • La Chine tient encore à Hong Kong
  • Le compte de capital ouvert lui permet d’être une source de financement alternative
  • Un statut spécial justifie le soutien à l’ancrage du dollar de Hong Kong

Une influence en baisse…

Les données semblent confirmer que la Chine peut se passer de Hong Kong : l’économie continentale fait désormais fi de la ville et ses rivales usurpent le statut de centre financier mondial de Hong Kong.

Avant sa rétrocession à la Chine en 1997, Hong Kong était un haut lieu de passage des échanges commerciaux mais, après l’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001, la région a perdu une grande partie de cette fonction et moins de 15 % du commerce extérieur de la Chine passe désormais par le territoire.

Récemment, la vision de Pékin concernant Hong Kong semble avoir radicalement changé et le système juridique est en fin de compte soumis au Parti communiste, dans une approche qui pourrait être considérée comme préférable aux démocraties occidentales chaotiques.

Ce changement a apparemment contribué à l’éruption de la tourmente qui a ébranlé la confiance du public dans la ville et soulevé des questions quant à la volonté politique de maintenir l’ancrage du dollar de Hong Kong.

…Mais qui reste importante

L’inquiétude est réelle, mais il semblerait que de nombreux observateurs aient omis certains aspects qui plaident en faveur de l’importance de Hong Kong pour la Chine.

Exhibit 1 : Rôle de Hong Kong (données de 2010-2018, sauf indication contraire)

Rôle de Hong Kong (données de 2010-2018, sauf indication contraire)

Source : BNP Paribas Asset Management, données de août 2019

Hong Kong est également le principal centre offshore du renminbi, qui représente l’essentiel des transactions commerciales extérieures en renminbis et près des deux tiers de l’ensemble des dépôts offshore en renminbis.

Un rôle qui demeure crucial

Hong Kong continue de jouer un rôle crucial dans l’accès de la Chine aux capitaux étrangers. Mais en quoi est-ce important alors que la Chine affiche un excédent d’épargne qui représente plus de 45 % du PIB ?

Le compte de capital ouvert de Hong Kong remplit un vide. En Chine, la plupart des capitaux sont canalisés vers des entreprises inefficaces, tandis que les entreprises efficaces sont privées de crédit.[3] Le compte de capital fermé de la Chine ne permet pas aux entreprises manquant de crédit d’accéder aux capitaux étrangers en tant que source alternative de financement. C’est là que Hong Kong entre en jeu. Sa structure financière et ses cadres juridiques et institutionnels imposent un niveau de confiance internationale dont la Chine continentale ne jouit pas.

En outre, avec sa population importante et une main-d’œuvre hautement qualifiée, un marché libéralisé, un compte de capital ouvert, une monnaie forte et un cadre fondé sur des règles, Hong Kong permet à Pékin de réaliser des expériences dans le cadre de ses réformes nationales. Ce rôle n’est pas reproductible sur d’autres villes chinoises à moyen terme.

Selon moi, une réflexion politique rationnelle devrait se traduire par une volonté politique de soutenir l’ancrage du dollar de Hong Kong.


À lire également : L’ancrage du dollar de Hong Kong est différent – vive l’ancrage

[1] Les actions H sont des sociétés constituées en Chine continentale et contrôlées par des entités gouvernementales ou des personnes physiques de Chine continentale. Les red-chips sont des sociétés constituées à l’étranger, mais qui sont contrôlées par des personnes physiques ou morales de Chine continentale. Données à mi-2019

[2] Il s’agit de China Merchants, China Resources et China Travel Service.

[3] Voir « Chi on China: The Conundrum of China’s Excess Capacity », 14 septembre 2016


Pour plus d’articles de Chi Lo, cliquez ici >

Pour de plus sur les marchés émergents, cliquez ici >

Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication. Elles émanent des informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement autres en fonction des clients.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent enregistrer des hausses comme des baisses et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas leur investissement initial.

Investir dans les marchés émergents ou dans des segments de marché spécialisés ou restreints peut présenter une volatilité supérieure à la moyenne en raison de la forte concentration de leurs positions, d’un degré d’incertitude plus élevé reflétant le manque d’informations disponibles, de leur liquidité plus faible ou de leur sensibilité plus grande à l’évolution du contexte de marché (social, politique et économique).

Certains marchés émergents offrent moins de sécurité que la plupart des marchés développés internationaux. Par conséquent, les services de transaction, de liquidation et de conservation du portefeuille utilisés pour le compte de fonds investis dans les marchés émergents peuvent comporter un risque plus élevé.

Chi Lo

Senior Economist for China

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*