Réunion de la Banque centrale européenne : la volière s’agrandit

Post with image

La première réunion du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) présidée par Christine Lagarde le 12 décembre n’entrera pas dans l’histoire pour les décisions de politiques monétaires prises. Au-delà du ton plaisant et direct adopté, quelques informations méritent toutefois d’être retenues.

  • Ni colombe, ni faucon mais chouette
  • Un statu quo prolongé de la politique monétaire
  • Une revue stratégique des outils de politique monétaire en 2020

Le statu quo sur les taux directeurs était attendu tout comme la confirmation des achats nets de titres dans le cadre du programme d’achats d’actifs (APP pour Asset Purchase Programme) et la poursuite du réinvestissement des remboursements du principal des titres arrivés à échéance. En réponse à une question, Christine Lagarde a d’ailleurs précisé qu’elle n’allait pas remettre en question les décisions passées de politique monétaire qui viennent d’être confirmées. 

Une communication réussie

Du point de vue de la communication, l’exercice de la conférence de presse semble plutôt réussi. Cette dernière réunion de l’année a fait l’actualité surtout parce qu’il s’agissait de la première présidée par Christine Lagarde après huit ans de présidence de Mario Draghi qui avait indéniablement imposé son style.

Christine Lagarde n’a pas hésité à rappeler à ses interlocuteurs que chaque Président avait son propre style de communication et qu’il n’était pas opportun de se lancer dans des comparaisons ni de surinterpréter la moindre déclaration. Elle a coupé l’herbe sous le pied des commentateurs en déclarant plaisamment : « Je ne suis ni une colombe, ni un faucon et mon ambition est d’être une chouette, un animal souvent associé à la sagesse ».

Il faudra en effet faire preuve de sagesse au moment où se manifestent de premiers signes d’une stabilisation de la croissance après la dégradation des derniers mois et alors que l’inflation reste modérée. Les prévisions de la BCE sur l’inflation ont été revues en légère baisse pour 2021 (de 1,5 % à 1,4 %) et le chiffre pour 2022 reste modeste (1,6 %). Christine Lagarde a précisé que l’inflation au 4e trimestre 2022 était attendue à 1,7% et que les chiffres allaient donc « dans le bon sens » mais que l’objectif ne peut pas être considéré comme atteint.

Graphique 1 : Prévisions de la BCE au 12 décembre 2019

Un objectif d’inflation revisité en 2020 ?

Christine Lagarde a par ailleurs annoncé que la revue stratégique du cadre de la politique monétaire de la BCE allait être lancé en janvier et devrait aboutir « avant la fin de 2020 ». Ella a indiqué qu’un tel exercice n’était pas inhabituel et qu’elle trouvait même qu’il arrivait « un peu tard » dans la mesure où le précédent avait eu lieu en 2003. Elle entend associer à cette réflexion les parlementaires, les chercheurs et la société civile. La revue stratégique devrait conduire notamment à préciser comment doit être considéré l’objectif d’inflation et il est vraisemblable que la notion d’un objectif « symétrique » soit davantage ancrée dans la conduite de la politique monétaire.

Des débats sur les effets des taux négatifs commencent à agiter les grandes banques centrales partout dans le monde. Christine Lagarde a joué les candides sur ce sujet tout en délivrant un message fort. Interrogé sur l’existence d’un « reversal rate » c’est-à-dire un taux directeur négatif à partir duquel les effets néfastes dépassent les effets positifs normalement observés en cas de baisse des taux lorsque ceux-ci sont positifs, elle a répondu ainsi : « ce que je comprends de cette notion, c’est que l’on est confronté à un « reversal rate » lorsque le crédit commence à se contracter, ce qui n’est pas le cas. Nous restons bien sûr attentifs à l’évolution du crédit au secteur privé ».

Graphique 2 : Evolution des crédits au secteur privé (glissement annuel en %)

Davantage de coordination des politiques économiques ?

Pour commencer, citons dans son intégralité le paragraphe de la déclaration introductive sur les finances publiques : « En ce qui concerne les politiques de finances publiques, l’orientation budgétaire devrait rester légèrement expansionniste au sein de la zone euro en 2020, soutenant l’activité économique. Compte tenu de la dégradation des perspectives économiques, le Conseil des gouverneurs salue l’appel de l’Eurogroupe en faveur de réponses budgétaires différenciées et sa disponibilité à remplir un rôle de coordonnateur. Les gouvernements disposant d’une marge de manœuvre budgétaire devraient se tenir prêts à agir de manière efficace et rapide. Dans les pays où la dette publique est élevée, les gouvernements doivent poursuivre des politiques prudentes et atteindre les objectifs de solde structurel, créant ainsi les conditions permettant aux stabilisateurs automatiques de jouer librement. Tous les pays devraient intensifier leurs efforts vers une composition des finances publiques plus propice à la croissance ».

Le message est clair et il le devient encore plus en mettant en parallèle la réponse à une question. Tout en rappelant que l’indépendance des banques centrales est indispensable et doit être respectée, Christine Lagarde a rappelé l’importance d’un « policy mix » adapté (politique monétaire, politique budgétaire et réformes structurelles). Elle a conclu « qu’elle ne voyait rien de mal à ce que les responsables discutent entre eux sur les moyens à mettre en œuvre pour atteindre leurs objectifs respectifs »

En plus de la sagesse, le pragmatisme semble être un des attributs de la chouette.

Pour lire plus d’articles de Nathalie Benatia, cliquez ici >

Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication. Elles émanent des informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement autres en fonction des clients.

Nathalie Benatia

Macroeconomic Content Manager

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*