Smart beta – tenez votre résolution de Nouvel An plus d’un mois

Post with image
Veuillez noter que le présent article peut contenir du langage technique. Pour cette raison, il est déconseillé aux lecteurs qui ne disposent pas d’une expérience professionnelle de l’investissement.

Veuillez noter que le présent article peut contenir du langage technique. Pour cette raison, il n’est pas conseillé aux lecteurs qui ne disposent pas d’une expérience professionnelle de l’investissement.

 

Comme beaucoup de personnes, vous avez probablement commencé l’année par une aspirine pour compenser les excès du réveillon et réfléchi à vos résolutions pour l’année 2016. Faciles à prendre, celles-ci sont bien entendu beaucoup plus difficiles à respecter pendant toute une année. Les statistiques de l’Université de Scranton révèlent que seuls 8 % des personnes y parviennent.

Cet article vous donnera donc quelques conseils pour tenir une fois pour toutes votre résolution en matière d’investissement. En bref, choisissez de solides critères d’investissement corroborés par des études universitaires fiables et appliquez votre stratégie de façon rigoureuse et systématique. Vous en tirerez une excellente performance, comme l’ont prouvé trois stratégies de THEAM en 2015 lors du championnat AMLeague-NEWSManagers. Pour en savoir plus au sujet de ce championnat, nous vous invitons à lire l’article d’Etienne Vincent.

Les stratégies Smart Beta de THEAM en tête des classements de l’amLeague en 2015

Selon les données de l’amLeague et sur la base de l’échantillon disponible sur la plateforme, les stratégies quantitatives ont surperformé la concurrence en 2015.

Avec deux médailles d’or (approche à faible volatilité et actions de la zone euro et d’Europe) et une médaille d’argent (stratégie GURUTM appliquée aux actions européennes), les stratégies de THEAM se sont révélées particulièrement efficaces en 2015. Et ce n’est pas un feu de paille ! Les deux portefeuilles à faible volatilité récompensés en 2015 avaient déjà remporté la compétition en 2014, ce qui prouve la capacité récurrente de la stratégie à surperformer (voir graphique 1, ci-dessous).

Graphique 1 : classement et performance des stratégies de THEAM

smartbeta sd

Source: amLeague, les 31/12/2015 et 31/12/2014. Les performances passées ne préjugent pas des performances à venir.

D’où viennent ces formidables résultats ?

Quand il s’agit d’investir, il arrive souvent que les gérants de fonds ne respectent pas la stratégie d’investissement définie initialement pour l’année à venir. Certains schémas émotionnels, certains traits de personnalité ou certains facteurs externes à leur environnement personnel ou professionnel peuvent influencer les décisions d’un investisseur. La finance comportementale explique les raisons des choix irrationnels d’un investisseur à l’aide de théories psychologiques qui donnent des renseignements précieux sur certaines attitudes influençant les marchés financiers. En réalité, l’irrationalité des participants du marché engendre des anomalies de cours qui créent à leur tour des opportunités exploitables via des stratégies quantitatives systématiques.

Prenons quelques exemples de biais comportementaux.

Les investisseurs font souvent trop confiance en leur capacité d’anticipation et leurs opinions divergeront davantage pour les entreprises dont les stratégies sont moins convaincantes. Cette incertitude entraîne une surévaluation des actions à forte volatilité et des performances moins élevées. Par ailleurs, les investisseurs rechercheront souvent des actions pour lesquelles ils anticipent une perte potentielle faible et un rendement potentiel élevé, sans tenir compte du fait que la probabilité de perte soit plus grande que celle de gain. Ce phénomène, appelé l’effet « loterie », permet de comprendre pourquoi les investisseurs tendent à payer trop cher des actions très volatiles (à cause de la perception de rendements supérieurs) et à sous-payer des actions peu volatiles.

Ces deux biais, fermement ancrés dans la psychologie humaine, expliquent en grande partie la persistance de l’anomalie de volatilité qui remet en cause la théorie conventionnelle du profil risque rendement.

Comme vous l’aurez compris, les stratégies factorielles permettent à long terme de générer de l’alpha en exploitant l’irrationalité des marchés financiers. Toutefois, elles ne se valent pas toutes. La construction de chaque facteur est primordiale pour dégager un maximum d’alpha. Nous pensons que nos stratégies propriétaires sont idéales pour poursuivre cet objectif, comme le démontrent les classements amLeague de 2015.

Smart Beta était le terme financier le plus recherché en 2015 et fera sans nul doute encore la une de l’actualité en 2016. La prochaine innovation dans le domaine du Smart Beta sera probablement l’intégration des critères ESG et la réduction des émissions de carbone des investissements afin de répondre aux souhaits des investisseurs. Anticipant cette tendance, nous avons récemment lancé une stratégie Global Equity SRI Low Carbon sur amLeague afin de générer de l’alpha en combinant des facteurs complémentaires tout en réduisant de moitié l’empreinte carbone du portefeuille.

Sebastien Denry

Investment Specialist, Quant Equity, THEAM

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*