Performances des marchés : juillet 2019

Post with image

Après leur performance positive de juin, les actions ont poursuivi leur progression en juillet. Les marchés développés (+2,0 %) ont surperformé leurs homologues émergents (-0,4 %), le S & P 500 affichant de nouveaux plus hauts historiques.


Les banques centrales favorables, la trêve commerciale entre les États-Unis et la Chine lors de la réunion du G20 et la reprise des négociations fin juillet, ainsi qu’une solide saison de publication des résultats, ont soutenu les actions.

Les obligations ont enregistré des performances contrastées : Les bons du Trésor américain ont légèrement reculé en juillet (-0,4 %), tandis que les Bunds progressaient (+1,0 %).

En Europe, les obligations périphériques ont rebondi (+1,8 %) emmenées par les BTP italiens (+3,8 %). En effet, malgré la menace de nouvelles élections réitérée par le vice-Premier ministre Matteo Salvini, les investisseurs considèrent les rendements italiens comme suffisamment juteux pour couvrir une politique désordonnée. Les investisseurs ont été en partie rassurés par la décision du gouvernement italien de réduire son déficit budgétaire de 2019 pour se conformer aux règles européennes, évitant ainsi des sanctions et une procédure de déficit excessif.

Côté banques centrales, lors de la réunion du FOMC du 31 juillet, comme attendu, la Fed a annoncé une baisse de 25 bp de ses taux et la fin de son retrait de bilan. La déclaration et le président de la Fed, Jerome Powell, ont souligné la faiblesse de l’inflation et le risque croissant pour la croissance lié aux tensions entre les États-Unis et la Chine.

En Europe, Christine Lagarde, actuellement présidente du FMI, a été annoncée comme le prochain président de la BCE et succédera à Mario Draghi en novembre. Lors de la réunion de la BCE de juillet, M. Draghi a fortement évoqué les mesures de relance à venir, laissant la porte ouverte à la baisse des taux, à la détente des taux et au QE.

Au niveau des devises, l’euro et la livre sterling se sont repliés face au dollar américain (respectivement -1,9 % et -4,3 %). Après un rebond au cours de la seconde moitié du mois de juin, la livre sterling a de nouveau baissé en juillet, portée par les inquiétudes liées au Brexit et à un éventuel scénario d’absence d’accord. En effet, l’élection du nouveau leader conservateur et Premier ministre britannique, Boris Johnson, accroît l’incertitude quant à l’avenir du Royaume-Uni. Johnson a déclaré à plusieurs reprises qu’il s’était engagé à faire sortir le Royaume-Uni du bloc avec ou sans accord avant le 31 octobre.

Au total, les matières premières se sont légèrement redressées en juillet (+0,4 %) : L’or a enregistré une performance positive (+1,1 %), tandis que le baril de Brent est resté stable sur le mois, mais avec un parcours en berne durant le mois. Les prix du pétrole ont chuté au cours de la première quinzaine du mois sur fond de craintes d’un ralentissement de l’économie mondiale qui pèserait sur la demande de pétrole, mais se sont redressés sous l’effet des tensions dans le détroit d’Hormuz, où la marine iranienne a saisi deux pétroliers battant pavillon britannique.

Sur le front des données, les indices PMI de la zone euro pour juillet ont été décevants : L’indice PMI composite a chuté à 51,5 (contre 52,2). L’indice PMI manufacturier a reculé de plus d’un point à 46,4 (contre 47,6), tandis que le recul des services a été moins marqué (53,3, contre 53,6). En Chine, les chiffres du PIB ont été conformes aux attentes, mais ont confirmé la tendance structurelle à la baisse des taux de croissance (6,2, à partir de 6,4).

Encadré 1 : Des rendements légèrement positifs en juillet 2019

Situation du marché : Juillet 2019

Source : BNP Paribas Asset Management / Bloomberg, données de 31/07/2019


Cet article est extrait de l’analyse trimestrielle de (Multi Asset, Quantitative Solutions) de BNP Paribas Asset Management. Le document complet est disponible ici >

Pour plus d’articles de  Maximilian Moldaschl, cliquez ici >

Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

 

Maximilian Moldaschl

Senior Global Multi-Asset Strategist

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*