Une nouvelle trêve dans le conflit commercial sino-américain : Pour combien de temps ?

Post with image

Le 29 juin, en marge de la réunion du G20, la Chine et les États-Unis ont convenu de reprendre leurs pourparlers commerciaux qui avaient cessé depuis le moi de mai. Les États-Unis ont décidé de suspendre la nouvelle vague de droits de douane qui devait s’abattre sur près de 300 milliards de dollars de produits chinois, allant même jusqu’à réduire les restrictions applicables à Huawei, en autorisant les entreprises américaines à commercer de nouveau avec cette dernière sous réserve de ne pas porter atteinte à la sécurité nationale des États-Unis.


Cette dernière décision est cruciale, parce qu’elle semble révéler une distance entre M. Trump et les partisans d’une ligne dure au sein de son administration, qui considèrent que Huawei représente une menace pour la sécurité nationale du pays qu’il convient de contenir. Le fait que M. Trump soit prêt à revenir sur ces sanctions accroît la probabilité qu’un accord commercial à court terme soit conclu dans les prochains mois, ce qui pourrait en retour éroder un soutien clé du dollar américain, à savoir les droits de douane.

Les pierres d’achoppement

Le conflit technologique à plus long terme se poursuivra entre la Chine et les États-Unis. À court terme, les deux principaux obstacles à la conclusion d’un accord provisoire sont :

  1. L’exigence chinoise d’une élimination complète des droits de douane, ce à quoi les États-Unis s’opposent.
  2. La volonté américaine que les engagements chinois soient inscrits dans la législation du pays, ce qui constitue aux yeux de Pékin une atteinte à sa souveraineté.

Mais ces deux obstacles peuvent être surmontés.

Droits de douane : la possibilité existe d’un compromis favorable aux deux parties. Les États-Unis pourraient éliminer les droits de douane imposés en septembre dernier sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises et ne conserver que les droits de 25 % imposés en juillet dernier sur 50 milliards de dollars d’importations chinoises de haute technologie. Cela permettrait à Pékin d’annoncer que la plus grande partie des droits de douane ont été supprimés tout en permettant au gouvernement américain d’affirmer qu’il lutte contre les fabricants chinois de produits technologiques qui bénéficient des subventions de l’État chinois et de sa politique de transferts de technologie forcés.

Législation chinoise : Les demandes américaines de modification de la législation chinoise en matière de protection de la propriété intellectuelle ont été en partie satisfaites par la nouvelle loi sur l’investissement étranger adoptée en mars de cette année. Il y a eu également ces derniers mois de nombreux changements dans les lois et réglementations chinoises en vue de renforcer la protection de la propriété intellectuelle étrangère, d’alourdir les peines applicables aux violations de la propriété intellectuelle et de réduire l’ampleur des transferts de technologie forcés.

Il est certain que des mesures supplémentaires de Pékin seront nécessaires. Mais tant que l’accord commercial espéré peut être formulé de manière suffisamment habile pour permettre au président Xi d’affirmer que les nouvelles réglementations sont nécessaire au développement de la Chine sans pour autant céder aux pressions américaines, un compromis semble possible.

Le cas de Huawei est difficile à résoudre et le congrès américain oppose une résistance acharnée à tout accord permettant de dénouer la situation. Lors de sa rencontre avec M. Xi en marge du G20, M. Trump a reconnu que la situation était « compliquée » et qu’ils la « laissaient pour la fin ».

L’autorisation pour les entreprises américaines de vendre à Huawei sous réserve que ces ventes ne portent pas atteinte à la sécurité nationale des États-Unis constitue néanmoins un bon départ pour les négociations. De ce point de vue, l’issue de la réunion du G20 a été un peu meilleure que prévu, le compromis sur Huawei étant susceptible d’avoir un impact légèrement positif sur la croissance chinoise et américaine.

Évolution des risques

Tout cela laisse à penser qu’un accord commercial provisoire pourrait se profiler à l’horizon, avec pour objectif, à mon avis, de préparer le terrain à des négociations ultérieures sur les questions de fond relatives à la concurrence sino-américaine dans les hautes technologies. Malgré cette amélioration à court terme du sentiment, la « guerre froide technologique » entre la Chine et les Etats-Unis a toutes les chances de s’intensifier, car elle est avant tout la manifestation de différences d’idéologie économique et politique qui menacent la sécurité nationale de chacun de ces deux pays.

La trêve ne fera que modifier l’impact du conflit commercial, le faisant passer du niveau macro-économique (volatilité des marchés) au niveau micro-économique (dans le secteur des technologies). Elle n’apporte qu’un répit temporaire aux marchés, sans pour autant mettre fin à l’affrontement entre les deux pays pour la dominance économique et technologique [1].

[1] Voir Chi Flash: Conflit commercial sino-américain : une trêve temporaire mais les risques ont changé, 4 décembre 2018


Pour lire plus d’articles de Chi Lo, cliquez ici >

Pour plus sur les marchés émergents, cliquez ici >

Pour plus sur le commerce, cliquez ici >

Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

Chi Lo

Senior Economist for China

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*