Les vues sur la croissance américaine et perspectives d’avenir

Post with image

Depuis quelques mois, nous pensons que l’économie américaine est en train de passer d’une phase (temporaire) de croissance supérieure à la tendance, sous l’effet dopant des mesures de relance budgétaire, de la déréglementation et de la baisse de l’impôt sur les sociétés, à une phase de croissance plus durable, à mesure que la relance budgétaire s’atténuera en 2019 et 2020.

Selon nos prévisions, la croissance américaine devrait se ralentir, passant de 3,0 % en 2018 à environ 2,25 % en 2019, bien qu’il existe d’importants risques baissiers résultant de l’escalade des tensions commerciales internationales. Bien entendu, la détente des conditions financières qui s’est produit suite à l’attitude plus souple adoptée par le FOMC vient compenser en partie l’incertitude liée au commerce qui a ébranlé la confiance des entreprises ces derniers mois.


Dans ce contexte, l’une des thématiques que nous suivons de près est la divergence entre les chiffres économiques publiés (qui restent relativement solides) et la baisse de certains indicateurs prévisionnels, comme par exemple l’indice ISM manufacturier et son indice rattaché des nouvelles commandes. À 3,1 % en base annuelle, le taux de croissance estimée des États-Unis pour le premier trimestre a été une surprise, s’avérant nettement plus élevé que les premières estimations « immédiates » de 1,5 %. Le PIB du premier trimestre a toutefois été soutenu en partie par la constitution de stocks (les entreprises ayant peut-être fait des achats d’avance en prévision des droits de douane américains applicables au 1er mars sur 200 milliards de marchandises chinoises).

Si l’on examine la ventilation sectorielle de l’activité économique, il est clair que la baisse des rendements des bons du Trésor américain et des taux des prêts immobiliers depuis le mois de novembre a soutenu l’investissement résidentiel et les achats de logement, qui avaient fléchi au quatrième trimestre 2018 et au premier trimestre 2019.

Exhibit 1: Le déclin des bons du Trésor américain à 10 ans depuis novembre 2018 a soutenu le marché immobilier américain aux second et troisième semestres 2019

(Le graphique montre l’évolution du rendement des bons du Trésor américain à 10 ans pour la période du 16/01/17 au 16/07/19)

us treasury bonds

Source: BNP Paribas Asset Management/Bloomberg, données en date du 16/07/19

Les chiffres de PIB semblent également indiquer que l’investissement des entreprises a bien résisté, malgré la baisse de certaines enquêtes de confiance auprès des entreprises. De son côté, le consommateur américain continue apparemment de faire son chemin, la consommation des ménages contribuant toujours de manière stable à la croissance du PIB.

Les perspectives d’avenir – de nouvelles tensions dans les négociations commerciales semblent probables

Pour l’avenir, bien que la Fed ait adopté une attitude plus favorable à la croissance, les risques baissiers qui pèsent sur la croissance en raison du commerce international se sont soudainement ravivés.

Nous pensions au premier trimestre que les États-Unis et la Chine parviendraient à un compromis, tous les signes allant dans le sens d’un accord. Mais à ce jour, les deux parties semblent moins disposées à trouver un terrain d’entente et il est plus probable que les tensions se poursuivront avec des flambées occasionnelles. Les États-Unis souhaiteront éviter une guerre commerciale totale à l’approche des élections de 2020, tandis que les Chinois risquent de vouloir jouer la montre dans l’espoir d’un changement d’administration.

 


Cet article est extrait du « Q2 2019 Inflation-Linked Bonds Outlook » publié en juillet

Pour lire plus d’articles de Jenny Yiu, cliquez ici >

Jenny Yiu

Co-Head Inflation, CFA

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*