Graphique de la semaine : L’encours de la dette à rendement négatif est en forte augmentation

Post with image

Graphique 1 : L’encours de la dette à rendement négatif dans l’indice « obligations internationales multi-secteurs » est en forte augmentation alors que les banques centrales du G3 se préparent à abaisser leurs taux directeurs

(Le graphique présente l’encours – en milliards de dollars – de l’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Negative-Yielding Debt)

Graphique de la demaine : L’encours de la dette à rendement négatif est en forte augmentation

Source : Bloomberg/BNP Paribas Asset Management. Données au 12/07/19

  • Depuis son point bas d’octobre 2018, juste en dessous de 6 000 milliards de dollars (USD), la valeur de l’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Negative-Yielding Debt (représentatif des obligations internationales à rendement négatif) a augmenté de plus de 7 000 milliards USD pour atteindre un record historique de 13 200 milliards USD à fin juin.
  • Cette forte augmentation de l’encours des instruments obligataires à rendement négatif s’explique par le récent « revirement » des banques centrales qui sont passées d’une politique de normalisation (relèvement des taux d’intérêt officiels à partir de niveaux peu élevés correspondant à une politique monétaire non conventionnelle) à une politique de nouvelles baisses des taux. Ce revirement de politique monétaire s’explique par plusieurs facteurs, dont notamment la crainte des répercussions négatives des tensions commerciales et l’absence persistante d’inflation dans les économies développées.
  • La situation actuelle est une manifestation de l’incapacité des marchés financiers à se sortir d’une ère de rendements obligataires extrêmement bas fabriquée de toutes pièces par les banques centrales à la suite de la crise financière mondiale. Les politiques monétaires non conventionnelles appliquées par les banques centrales ces dernières années n’ont pas permis de redynamiser une croissance économique anémique ni de mettre fin aux tendances désinflationnistes observées dans l’économie mondiale.
  • Si cette politique monétaire non conventionnelle a déjà échoué une fois. Faut-il la poursuivre de nouveau ? Cette question, chers lecteurs, fera l’objet d’un futur article sur ce blog.

Pour (re)voir d’autres « graphiques de la semaine », cliquez ici >

Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*