Les marchés financiers et la politique commerciale

Post with image

En août, les marchés financiers sont restés soumis aux nouvelles en provenance du front commercial. La reprise fin juillet des tensions entre la Chine et les Etats-Unis après l’annonce de droits de douane additionnels sur les produits chinois a provoqué un recul des actions dès les premières séances.

L’inquiétude des investisseurs a été alimentée par des déclarations des deux parties et le recul du yuan. Le thème d’une éventuelle « guerre des devises » a émergé à l’occasion du passage de la parité USD/CNY au-dessus de 7 qui a amené le Trésor américain à désigner la Chine comme un pays « manipulateur de devise ».

  • A la mi-août, l’indice MSCI AC World affichait un recul de 5,1 % par rapport à fin juillet
  • Grâce à leur remontée lors des dernières séances, le bilan mensuel des actions mondiales n’est pas catastrophique (-2,6 %).
  • Les obligations gouvernementales ont profité d’un mouvement de fuite vers la sécurité, des craintes sur la croissance mondiale, et des anticipations d’assouplissement des politiques monétaires.

Des réactions des marchés excessives à des déclarations floues

Au cours de la seconde quinzaine, les évolutions des actions sont restées erratiques et toujours soumises aux inflexions de la politique commerciale. De part et d’autre, il s’est agi de commentaires plutôt que de décisions fermes. Les réactions des investisseurs à la moindre déclaration du côté chinois ou américain traduisent leur nervosité face à la montée des risques sur la croissance mondiale et à la multiplication des incertitudes. Ces inquiétudes se sont aussi exprimées sur les autres classes d’actifs : montée du cours de l’or (+7,5 %), recul des prix du pétrole (-5,9 % pour le WTI) et des métaux industriels, hausse des devises considérées comme des refuges (yen et franc suisse en particulier).

Les fondamentaux ont peu été pris en compte au cours des dernières semaines, qu’il s’agisse des résultats des entreprises ou des indicateurs économiques. Tout au plus peut-on imaginer que des résultats plutôt favorables et des données meilleures que prévu aux Etats-Unis ont facilité la remontée des indices en fin de période mais c’est bien la teneur des commentaires sur la politique commerciale qui a joué un rôle crucial. L’assurance que les contacts sino-américains n’étaient pas rompus et qu’une reprise des négociations restait possible a rassuré les investisseurs en actions. Ils se sont en revanche montrés moins sensibles à la communication accommodante des banques centrales.

Exhibit 1 : sous-performance des actions émergentes  

Exhibit 1 : sous-performance des actions émergentes

La zone euro et les Etats-Unis surperforment

  • L’indice MSCI AC World (en dollars) a perdu 2,6 %. La nette sous-performance des actions émergentes (-5,1 % pour le MSCI Emerging en dollars) reflète des situations spécifiques et souvent plus politiques qu’économiques (Hong Kong, Argentine) qui ont pesé sur les actions et sur les devises concernées.
  • Les inquiétudes sur la croissance chinoise, qui ont d’ailleurs conduit les autorités à annoncer des mesures de relance de la croissance, ont entraîné une dépréciation du yuan (-3,8 % à 7,1565 pour un dollar) et un recul des actions.
  • Parmi les marchés développés, la zone euro a un peu mieux résisté que les Etats-Unis avec une baisse de 1,8 % du S&P 500 et de 1,2 % de l’Eurostoxx 50 en devises locales.
  • Le Footsie 100 britannique (-5,0 %) a été pénalisé par la montée en puissance aux yeux des investisseurs de l’hypothèse d’un Brexit sans accord.
  • Sur fond d’appréciation du yen qui a pesé sur les valeurs exportatrices, les actions japonaises ont perdu 3,8 % (indice Nikkei 225).
  • Au niveau mondial, les secteurs défensifs ont été privilégiés par les investisseurs au détriment des secteurs cycliques. Les taux bas ont soutenu les services aux collectivités et pénalisé les financières.

Exhibit 2 : Nette détente des taux longs

Exhibit 2 : Nette détente des taux longs

L’environnement s’est-il détérioré au cours de l’été ?

Le recul des actions et, surtout, la progression des marchés obligataires en août incitent à répondre par l’affirmative. Les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis constituent un risque pour la croissance mondiale et pèsent sur la confiance des agents économiques.

L’imprévisibilité des facteurs politiques est un autre élément déstabilisateur.

Dans ce contexte troublé, les mesures de soutien promises ou annoncées par les grandes banques centrales n’ont pas suffi à rassurer pleinement les investisseurs. Le comportement de certains marchés financiers traduit leur scepticisme sur la réalité de l’engagement comme sur l’efficacité des politiques monétaires accommodantes, notamment pour raviver l’inflation.

Une phase délicate va s’ouvrir, en particulier dans la zone euro où la marge de manœuvre de la BCE paraît plus limitée et où les fortes anticipations (baisse des taux directeurs, reprise des achats de titres, prêts massifs aux banques) pourraient être déçues.

Aux Etats-Unis, l’économie, moins sensible à la demande mondiale, semble plus à même de résister au ralentissement manufacturier. D’autre part, le niveau des taux directeurs donne plus de latitude à la Fed pour agir en cas de dégradation manifeste de l’activité.

En conséquence, les variations des actions risquent de continuer à être soumises aux inflexions de la politique commerciale.

Des décisions en matière de politique budgétaire pourraient rassurer les investisseurs à court terme à condition qu’elles soient ambitieuses et crédibles.


Pour lire plus d’articles de Nathalie Benatia, cliquez ici >

Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication. Elles émanent des informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement autres en fonction des clients.

Nathalie Benatia

Macroeconomic Content Manager

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*