Rupture des points morts d’inflation ?

Post with image

La récente évolution des cours présente une caractéristique intéressante : en dépit de la forte conviction des investisseurs que les banques centrales agiront – ce qui se voit nettement dans le prix des actifs sûrs – les attentes d’inflation à long terme fondées sur le marché, comme le point mort à 5 ans/5 ans à terme (5y5yf), n’ont pas bougé, mais restent enlisés à des niveaux extrêmement bas.

  • Les points morts d’inflation évoluent souvent de concert avec les actifs risqués, mais pas cette fois-ci
  • Le marché signale que l’inflation ne sera pas conforme aux objectifs de la politique monétaire à l’avenir

À vrai dire, le comportement des points morts d’inflation est un casse-tête. Outre l’optimisme suscité par une action politique imminente, l’actualité concernant la conduite de la politique monétaire à moyen terme s’est également révélée globalement positive.

La Réserve fédérale poursuit progressivement la modification modeste de son cadre, qui devrait produire un taux d’inflation plus élevé en moyenne à l’avenir. Le risque d’une nomination hawkish pour remplacer Mario Draghi au poste de président de la BCE ne s’est finalement pas matérialisé. Il en va de même concernant les mesures de pressions inflationnistes sous-jacentes en Europe ou aux États-Unis qui, manifestement, ne vont pas non plus dans la mauvaise direction. Un pragmatique aurait pu s’attendre à un rebond compte tenu du retournement haussier des actifs risqués, car les points morts d’inflation évoluent souvent de concert avec ces derniers.

Exhibit 1 : un vrai casse-tête – les points morts d’inflation, dérivés des valorisations des swaps à terme à 5 ans/5 ans, aux États-Unis et dans la zone euro reflètent les anticipations du marché selon lesquelles les taux d’inflation seront plus bas à l’avenir malgré les déclarations de la Réserve fédérale et de la Banque centrale européenne concernant leurs intentions de poursuivre des politiques favorables à des taux d’inflation plus élevés.

Exhibit 1 : un vrai casse-tête – les points morts d’inflation, dérivés des valorisations des swaps à terme à 5 ans/5 ans, aux États-Unis et dans la zone euro reflètent les anticipations du marché selon lesquelles les taux d’inflation seront plus bas à l’avenir malgré les déclarations de la Réserve fédérale et de la Banque centrale européenne concernant leurs intentions de poursuivre des politiques favorables à des taux d’inflation plus élevés.

Source : Haver

Exhibit 2 : l’évolution des mesures sous-jacentes de l’inflation montre peu de signes de montée des pressions inflationnistes aux États-Unis ou dans la zone euro

Exhibit 2 : l’évolution des mesures sous-jacentes de l’inflation montre peu de signes de montée des pressions inflationnistes aux États-Unis ou dans la zone euro

Source : Haver

Le comportement des points morts d’inflation constitue également un casse-tête pour les décideurs politiques. Les prix du marché suggèrent que celui-ci ne se contente pas de remettre en question la crédibilité du cadre de la politique monétaire, mais conteste bel et bien l’idée que l’inflation sera compatible avec les objectifs de la politique monétaire à l’avenir. Autrefois, les décideurs politiques auraient pu être incités à prendre des mesures plus décisives pour tenter de restaurer la crédibilité. Cependant, plus les points morts d’inflation sont bas, plus les banques centrales peuvent en conclure que le ratio signal/bruit dans ces mesures des anticipations d’inflation basées sur le marché est très faible, et donc qu’il est moins nécessaire d’agir en conséquence.


Cet article est extrait de  Perspectives de BNP Paribas Asset Management pour les marchés obligataires.

Pour plus d’articles de Dominick DeAlto,  cliquez ici>

Pour découvrir nos fonds et sélectionner ceux qui répondent à vos besoins, cliquez ici >

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de publication. Elles émanent des informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement autres en fonction des clients.

 

Dominick DeAlto

Chief Investment Officer, Fixed Income

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*