Perspectives d’investissement pour 2017 : Au-delà de l’assouplissement quantitatif

Post with image

Le gérant d’actifs BNP Paribas Asset Management vient de publier ses perspectives d’investissement annuelles dans lesquelles il analyse l’environnement macroéconomique mondial et les prévisions pour les grandes classes d’actifs en 2017.

Cette publication intitulée « Au-delà de l’assouplissement quantitatif » met l’accent sur trois stratégies qui offrent, selon BNP Paribas Asset Management, des solutions aux investisseurs en 2017 : l’investissement factoriel, les stratégies de dette alternative et l’investissement ESG (environnemental, social et de gouvernance).

Plusieurs extraits de ce document seront publiés au cours des prochaines semaines. Dans ce premier volet, nous résumons les principales convictions et les conclusions tirées des perspectives macroéconomiques et d’investissement de Joost van Leenders, chef économiste du département Multi Asset Solutions, et de Daniel Morris, stratégiste d’investissement senior.

Une croissance mondiale freinée par des facteurs structurels

Les facteurs structurels – y compris l’atonie du commerce mondial, la faiblesse de la productivité et l’endettement excessif – que nous avons épinglés ces dernières années devraient se traduire par un taux de croissance modeste en 2017.

Retour des marchés financiers aux fondamentaux sous l’effet des retombées politiques

Gérer les effets de la croissance molle sur le contrat social constitue aujourd’hui un défi de taille dans de nombreuses démocraties industrialisées compte tenu de la montée du populisme, de la remise en cause de la mondialisation et des inquiétudes croissantes suscitées par les inégalités. Les menaces géopolitiques et le risque d’un protectionnisme accru témoignent du regain d’incertitude actuel. Outre ces évolutions, la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles américaines pourrait avoir d’importantes répercussions sur l’évolution des taux d’intérêt, de l’inflation, des marchés d’actions et de la croissance aux États-Unis, des retombées qui devraient se faire sentir dans le reste du monde et amener les marchés financiers à se focaliser non plus sur les politiques des banques centrales mais sur les fondamentaux de l’économie et des entreprises.

Un rôle plus important pour la politique budgétaire

Après avoir répondu à leur objectif initial, les mesures de politique monétaire non conventionnelles telles que l’assouplissement quantitatif pèsent de plus en plus sur le système financier. En 2017, nous prévoyons que les grandes banques centrales continueront de préparer les marchés à la fin des mesures non conventionnelles prises pour faire face aux difficultés consécutives à la crise, à savoir l’atonie de la croissance et la faiblesse, voire la quasi-absence d’inflation. La politique budgétaire prendra vraisemblablement le relais pour compenser les faiblesses structurelles, en premier lieu aux États-Unis, où la nouvelle administration envisage un vaste plan de relance. L’expansion budgétaire pourrait ouvrir la voie à une accélération de la croissance et à une hausse de l’inflation, même si les investisseurs doutent fortement de l’efficacité à long terme de ce nouvel élan.

Poursuite de la quête de sources alternatives de rendement

Le scénario central de BNP Paribas Asset Management est basé sur une poursuite de l’environnement de croissance molle et d’inflation faible observé au niveau mondial ces dernières années. Nous ne prévoyons pas que les pressions déflationnistes exercées par la Chine sur l’économie mondiale – un élément important expliquant la faiblesse de l’inflation – s’inverseront de manière spectaculaire en 2017. Cependant, le long mouvement baissier des rendements des obligations des pays de référence devrait arriver à son terme, à mesure que les rendements des obligations d’État des pays développés augmentent depuis les niveaux exceptionnellement bas de 2016. Dans ce contexte, la quête de sources alternatives de rendement se poursuivra.

Les classes d’actifs potentiellement les mieux placées en 2017

À mesure que les rendements obligataires et l’inflation se redresseront en 2017, les actions devraient surperformer les obligations. Les obligations indexées sur l’inflation surperformeront probablement les obligations d’État, mais davantage aux États-Unis et au Royaume-Uni que dans la zone euro. Les obligations d’entreprise de qualité investment grade et à haut rendement semblent attractives, surtout en Europe. Les actions des marchés émergents offrent des opportunités, étant donné que de plus en plus de pays ont engagé des réformes et que les marges des entreprises se redressent. Les perspectives de la dette émergente devraient se dégrader avant de s’améliorer.

Pour obtenir votre exemplaire des Perspectives d’investissement pour 2017 « Au-delà de l’assouplissement quantitatif » (réservé aux investisseurs professionnels), cliquez ici ou contactez: Publication Centre <publicationcentre@bnpparibas-ip.com>

Joost van Leenders

Portfolio Manager, Multi Asset Solutions, CFA Charterholder

Laisser un commentaire

Your email adress will not be published. Required fields are marked*